Des diagnostics qui valent 40 000 $

L'avocat et ancien député Stéphane Bédard passera une... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

L'avocat et ancien député Stéphane Bédard passera une journée avec la jambe dans le plâtre.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Clowns thérapeutiques de Saguenay (CTS) devraient amasser plus de 40 000 $, voire 50 000 $ avec leur activité de financement Diagnostic 2017.

Neuf personnalités de Saguenay se sont prêtées au jeu de l'organisme. Elles relèvent le défi de vivre avec un handicap pour une petite période de 24 heures. L'objectif est d'amasser des fonds pour l'organisation et mieux faire connaître sa mission auprès des personnes, jeunes, âgées, malades ou en centre d'hébergement.

Mardi, les neuf participants ont reçu leur diagnostic. Certains ont passé la journée avec une jambe dans le plâtre tout en se déplaçant avec des béquilles, d'autres ont eu une entorse au bras et au pied, les obligeant à utiliser une canne.

« Notre travail est de valoriser les personnes qui ont perdu leur estime de soi. Nous voulons, avec Diagnostic 2017, permettre à des gens qui fonctionnent bien dans la vie de se retrouver, pour une journée, dans la peau d'une personne qui vit des difficultés ou qui a un handicap. Nous voulons que les gens se rendent compte à quel point ça peut devenir contraignant et que ça puisse expliquer la perte de l'estime de soi », précise Josée Gagnon, directrice générale de CTS.

Les Clowns thérapeutiques de Saguenay ont délaissé leur milieu habituel afin de remettre les diagnostics fictifs aux participants. Le docteur Guy Leblanc s'est retrouvé avec un collier cervical, alors que Marc Saint-Gelais (Peinture LSB) a eu une jambe dans le plâtre (avec béquilles). Mario Vézina (Colabor) avait la moitié de la bouche fermée à la suite de 32 points de suture, alors que le pharmacien Bruno Harvey (Jean Coutu) a subi une fracture du poignet. Willie Savard (MICA) a dû se déplacer en fauteuil roulant à la suite d'une fracture du bassin et Stéphanie Gagné (Jim et Jane productions) avait un plâtre sur un bras.

Poupées vaudoues

L'avocat Stéphane Bédard s'est fracturé la jambe après être sauté d'une fenêtre pour échapper à un homme choqué d'avoir découvert une chambre secrète, peinte en bleu, avec des poupées vaudoues des députés du Parti libéral du Québec.

« Je n'y avais pas pensé à la chambre secrète. C'est la première fois que j'ai un plâtre. Ça me permettra de voir mes aptitudes. Je vais vivre une expérience. Je ne crois pas que ça va mettre ma patience à l'épreuve, car j'ai eu l'occasion de le faire en politique », de dire l'ancien député péquiste de Chicoutimi.

Un geste de solidarité

La conseillère Julie Dufour (Shipshaw) a subi une entorse au poignet à la suite d'une dispute fictive avec le maire Jean Tremblay. 

« C'est un geste de solidarité que je fais. J'ai déjà eu un plâtre dans le passé. Je ne sais pas si cela va vraiment me nuire, mais ce sera différent pour conduire la voiture ou répondre aux textos », dit-elle.

L'animateur radiophonique (Rouge FM) Alexandre Tremblay a toujours cru à la mission des Clowns thérapeutiques et est très heureux de participer à leur financement. 

« Je les ai déjà vus à l'oeuvre et je dois avouer que le travail qu'ils font est déroutant. Ils ont une approche humaine et psychologique incroyable. Je suis content de contribuer à la cause », de noter celui qui se déplacera avec une canne (jambe dans le plâtre).

Les participants seront libérés de leur handicap mercredi soir, à la condition d'avoir amassé l'argent nécessaire, des sommes variant de 3000 $ à 5000 $. 

La soirée sera animée par les humoristes Laurent Paquin et Simon Delisle au Calypso de Jonquière.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer