Une assemblée courue à Alma par les chasseurs et pêcheurs

Les membres du conseil régional de la Fédération... (Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Les membres du conseil régional de la Fédération québécoise des pêcheurs et des chasseurs s'étaient réunis au motel Les Cascades, à Alma, samedi.

Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Diminution des permis de pêche vendus, augmentation de la récolte d'orignaux, présence de la tique d'hiver, fin de la chasse au caribou; les membres du conseil régional de la Fédération québécoise des pêcheurs et des chasseurs s'étaient réunis à Alma, samedi, pour discuter de plusieurs sujets, dans le cadre de leur assemblée générale annuelle.

D'entrée de jeu, le président régional Gilles Brassard s'est réjoui du succès de la saison de chasse 2016 dans la région et a précisé que le cheptel était en croissance. «Nous avons connu une saison record de récoltes, surtout qu'il s'agissait d'une saison restrictive. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la récolte a été de 2650 bêtes en 2016, comparativement à 2551 en 2014, lors de la dernière saison restrictive», a affirmé Gilles Brassard, lors d'un entretien accordé au Progrès-Dimanche.

Par ailleurs, la décision du ministère de la Faune d'interdire la chasse au caribou à compter du 1er février 2018 est encore dénoncée par les chasseurs. «Nous continuerons de contester cette décision, puisque nous ne croyons pas que la chasse sportive est la raison de la diminution des troupeaux de caribous», explique M. Brassard, qui s'est d'ailleurs dit déçu qu'aucun représentant du ministère ne soit présent à l'assemblée générale. «Habituellement, nous avions toujours un biologiste ou un représentant du ministère, mais ce n'est pas le cas cette année. Nous sentons d'ailleurs qu'on a moins d'écoute au gouvernement, c'est décevant», a ajouté le président.

Néanmoins, l'assemblée a réuni environ 70 membres, samedi, au motel Les Cascades d'Alma.

La diminution de la vente des permis de pêche inquiète également Gilles Brassard et les membres. Au Québec, au cours des deux dernières années, il y a eu une diminution de 55 000 permis de pêche vendus. Selon Gilles Brassard, cette diminution s'explique par l'augmentation du coût des permis. «Les gens achètent beaucoup plus de permis de trois jours qu'un permis annuel. Ils vont donc à la pêche moins souvent. Les permis ont augmenté de 42% en 2014, passant de 20$ à 29$», a indiqué le président régional de la fédération.

Tique d'hiver et viande en cadeau

La tique d'hiver inquiète aussi les chasseurs. Ici, en 2014, on comptait moins de 3% d'orignaux parasités. «L'an dernier, ce nombre semble avoir augmenté, puisque trois cas ont été répertoriés seulement dans le secteur du Lac-Kénogami. Et on ne peut pas répertorier tous les cas, alors c'est une situation à surveiller de près», a indiqué M. Brassard.

Soulignons également que 5300 livres de viande de gibier ont été données à des personnes plus démunies en 2016. Il s'agit ici de dons volontaires de chasseurs. «Il y a les orignaux abattus par erreur qui sont également donnés aux banques alimentaires du Québec, mais ici, on parle vraiment des dons volontaires des chasseurs», a expliqué Gilles Brassard.

Par ailleurs, une activité de Fauniquement femme se tiendra encore cet été. Cette activité permet aux dames de s'initier à la chasse et d'en apprendre davantage sur ce loisir.

«Les femmes ne font plus seulement les sandwichs pour leur chasseur, les temps changent et nous encourageons ça! C'est très intéressant de voir des femmes partager cette passion et s'initier de la sorte», a souligné le président. Cette année, l'événement se tiendra du 7 au 9 juillet, à la Seigneurie du Triton, une pourvoirie située en Mauricie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer