Les proches de Gauthier-Nepton toujours dans l'inconnu

Les proches d'Israël Gauthier-Nepton ne pourront connaître les conclusions de... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les proches d'Israël Gauthier-Nepton ne pourront connaître les conclusions de l'enquête du coroner ni de l'enquête interne de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) avant la finalité des procédures judiciaires.

Dans la nuit du 20 novembre dernier, la jeune victime de 27 ans est tombée sous les balles tirées en sa direction à la suite d'une dispute survenue dans un appartement de la rue du Vieux-Pont, à Jonquière.

L'auteur présumé du meurtre, Marc-Étienne Côté, n'a pas encore été rattrapé par les policiers de Saguenay et est toujours en cavale, près de quatre mois après les événements.

Au lendemain de cette affaire, un ami de la victime avait laissé voir que les policiers de Saguenay n'avaient pas réagi lors de la nuit où les coups de feu avaient retenti. L'homme avait pourtant signalé le fait que son ami avait été tiré et qu'il ne le trouvait pas.

Ce n'est que plusieurs heures plus tard que le corps de M. Gauthier-Nepton a été retrouvé. C'est un voisin qui a aperçu le corps inanimé de l'individu.

Les membres de la famille de la victime s'interrogent sur le fait qu'ils n'ont aucun détail de l'enquête du coroner Sylvain Truchon ni de l'enquête interne menée au sein du corps policier de Saguenay afin d'évaluer le travail qui a été réalisé.

«De mon côté, mon rapport n'est pas encore rédigé. Lorsqu'il y a un événement mortel qui se produit, le coroner est appelé et il doit voir s'il s'agit d'un incident criminel ou non. Dans le cas précis de M. Gauthier-Nepton, il faut savoir qu'une enquête est actuellement en cours. Le rapport des policiers sera soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui verra de la nécessité de porter des accusations ou non», explique le coroner Truchon.

«Si c'est le cas, je vais devoir attendre le dénouement des procédures judiciaires avant de soumettre mon rapport. Il faudra attendre la condamnation, la sentence et l'écoulement des délais d'appel avant de le soumettre. Je ne veux pas interférer dans le processus judiciaire», indique le coroner.

Enquête policière

Par ailleurs, les dirigeants de la SPS avaient aussi pris la décision de mener une enquête interne afin d'évaluer le travail qui avait été fait le soir des événements.

Les membres de l'état-major voulaient faire toute la lumière sur les allégations de l'une des victimes de cette affaire. Il estimait qu'aucune recherche n'avait été entreprise pour retrouver son ami.

«Beaucoup de choses ont été complétées jusqu'à présent dans notre enquête interne. Il reste encore des choses à évaluer et à analyser. Nous n'avons pas l'intention de faire des commentaires tant et aussi longtemps que l'affaire ne sera pas terminée. Nous ne voulons pas interférer dans le processus judiciaire», a précisé Pierre Girard, inspecteur à l'administration policière à la SPS.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer