Bleuets sauvages du Québec investit 8 M$ dans trois usines

L'entreprise Bleuets sauvages du Québec va investir 8 M $... (Archives)

Agrandir

L'entreprise Bleuets sauvages du Québec va investir 8 M $ dans ses installations régionales, dont 2 M $ à l'usine de Saint-Bruno pour des équipements destinés à accroître la productivité lors du triage des fruits.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Bleuets sauvages du Québec va investir 8 millions $ dans ses installations régionales.

Usine de Saint-Bruno.... (Archives, Le Quotidien) - image 1.0

Agrandir

Usine de Saint-Bruno.

Archives, Le Quotidien

L'entreprise spécialisée dans la congélation de bleuets réalise le plus gros de son investissement afin d'augmenter la capacité d'entreposage de petits fruits congelés à son usine de Dolbeau-Mistassini. 

« C'est un projet d'environ 5,5 millions de dollars qui va nous permettre d'entreposer de 12 à 15 millions de livres de bleuets de plus par année. Avec l'augmentation moyenne des récoltes au cours des dernières années, nous devions avoir plus d'espaces d'entreposage », explique le vice-président aux ventes Jean-Pierre Senneville.

En effet, la récolte de l'an dernier a atteint un record de 100 millions de livres. L'entreprise doit s'ajuster avec cette hausse de production.

L'agrandissement de l'usine de congélation va permettre d'ajouter de l'espace d'entreposage, mais également des chambres de réfrigération dotées d'une technologie qui permet de congeler les petits fruits d'une manière rapide et efficace.

Cet agrandissement devrait créer une dizaine d'emplois. Les travaux de construction, confiés à Unibec, vont débuter dans quelques jours.

Usine de Saint-Bruno

Pour les installations de Saint-Bruno, une somme de 2 M$ sera investie pour accroître la productivité. « Il s'agit d'équipement de haute technologie provenant de la Belgique qui nous permet de faire le triage du bleuet grâce à un système au laser. Le traitement va se faire beaucoup plus rapidement », explique Senneville.

Également, la façon d'emballer la manne bleue sera revue afin de répondre encore mieux aux standards de l'industrie.

Bleuets sauvages du Québec n'a pas le choix de faire ce type d'investissement pour demeurer concurrentiel. « Avec l'offre qui écrase la demande, nous devons investir dans des technologies qui vont nous permettre d'abaisser nos coûts de production pour demeurer un joueur important sur le marché mondial », souligne le président.

Depuis quelques années, l'offre pour le bleuet a explosé avec un nombre grandissant de pays producteurs de bleuets cultivés. En 10 ans, la production de bleuets est passée de 500 millions à deux milliards de livres. Pour le Québec, les bleuets sauvages sont un produit de niche. Cependant, le Nouveau-Brunswick veut aussi tirer profit de cette distinction en augmentant le nombre de bleuetières sur son territoire.

Usine de Saint-Félicien

Finalement, une somme de 400 000 $ sera investie à l'usine de Saint-Félicien pour refaire une partie de la section administrative. La venue de nouveaux membres de personnel-cadre et une reconfiguration de la salle des employés rendaient nécessaires ces travaux de réaménagement.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer