Cri du coeur de la famille de Diane Bonneau

Diane Bonneau était décrite comme une femme enjouée.... (Photo courtoisie)

Agrandir

Diane Bonneau était décrite comme une femme enjouée. Elle avait un petit garçon de six ans à l'époque de sa disparition.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

La famille de Diane Bonneau, cette Félicinoise disparue depuis le 19 juin 2012, lance un cri du coeur. Ses proches voudraient enfin avoir des réponses à leurs questions et sollicitent l'aide de la population, afin que la dame, qui avait 33 ans au moment de sa disparition, ne tombe pas dans l'oubli.

Diane Bonneau a été vue pour la dernière fois le 19 juin 2012, lorsqu'elle a quitté son domicile du boulevard des Jardins, à Saint-Félicien. Elle n'avait pas amené ses effets personnels ni laissé de mot disant où elle allait. Aucune transaction n'a été effectuée avec ses cartes par la suite. Diane Bonneau avait un petit garçon de six ans à l'époque.

La mère et le frère de la jeune femme, Jacqueline Dion et Stéphane Bonneau, sollicitent maintenant l'aide de la population, à quelques mois du cinquième anniversaire de cette disparition qui demeure nébuleuse. À l'époque de l'enquête, la Sûreté du Québec avait effectué de nombreuses recherches dans le secteur des chutes Michel, à Saint-Félicien, mais en vain. Les hypothèses du suicide ou de l'accident semblaient être privilégiées par les enquêteurs. Selon la famille, toutefois, le geste volontaire n'est pas plausible.

« Ma soeur était quelqu'un d'enjoué et il n'y a eu aucun signe qui nous aurait laissé croire à un suicide dans les semaines qui ont précédé sa disparition. Mais nous ne savons pas. Est-ce un suicide, un accident ou un acte criminel ? Ça va bientôt faire cinq ans et aujourd'hui, on aimerait vraiment savoir ce qui s'est passé ce jour-là. C'est très difficile de ne pas connaître la vérité », a affirmé le frère de Diane Bonneau, Stéphane, lors d'une entrevue accordée au Quotidien.

« Je sais que les policiers ont fait leur travail et que le dossier est encore ouvert, mais nous voulons relancer les gens. Un simple petit indice pourrait lancer les enquêteurs sur une piste et permettre d'élucider ce mystère », a ajouté Stéphane Bonneau.

« Depuis qu'elle n'est plus là, la vie, pour nous, n'est plus pareille. Nous nous ennuyons d'elle. Nous aimerions la voir et qu'elle nous revienne », a affirmé la mère de Diane, Jacqueline Dion.

« Pour mener à bien l'enquête, tous les petits détails sont importants, pertinents. Si vous êtes au fait d'un renseignement, si minime soit-il, ou qui vous tracasse, il est important d'en informer la Sûreté du Québec », a ajouté la dame, qui décrit sa fille comme une « maman généreuse, travaillante, intéressée à ce qui ce passe autour d'elle, dévouée, amoureuse de la vie, et douce ».

La famille de Diane Bonneau invite maintenant les gens ayant des informations à communiquer avec l'enquêteur au dossier, Stéphane Laroche, en composant le 418 662-3911, poste 262.

Chronologie

19 juin 2012

Diane Bonneau quitte son domicile du boulevard du Jardin, à Saint-Félicien. Elle n'aurait jamais été revue depuis. La jeune mère de famille avait un garçon de six ans et vivait avec son conjoint, qui n'était pas le père du petit.

Juillet 2012

Les recherches sont interrompues par la Sûreté du Québec. Des plongeurs avaient d'ailleurs fouillé la rivière Ashuapmushuan, mais en vain.

Septembre 2012

Le conjoint de Diane Bonneau accepte de passer le polygraphe, à la demande de la famille de la disparue. L'homme avait alors accordé une entrevue au journaliste du Quotidien, Louis Potvin, au cours de laquelle il avait affirmé avoir accepté de se soumettre au polygraphe pour dissiper tout soupçon. L'homme avait réussi le polygraphe.

Juin 2013

Presque un an jour pour jour après la disparition de Diane Bonneau, un pêcheur découvre des cheveux sur son hameçon, alors qu'il pêche aux abords de la rivière Ashuapmushuan. Le pêcheur avait remis les cheveux à l'eau, mais il avait tout de même contacté les policiers. On ignore si les cheveux étaient ceux de Diane Bonneau, mais après d'autres recherches, les pêcheurs de la SQ étaient une nouvelle fois repartis bredouilles.

2016

Des enquêteurs ont demandé à la famille la fiche dentaire de Diane Bonneau. Le frère de la disparue, Stéphane Bonneau, ignore toutefois quelle était la raison de cette demande. Les proches de la dame n'ont pas eu de nouvelles des enquêteurs depuis.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer