Fête des semences: public varié et averti

La Fête des Semences du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui se... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

La Fête des Semences du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui se déroulait dimanche à la Boîte à Bleuets à Alma, a attiré près de 1000 personnes.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Petits et grands de partout dans la région se sont rassemblés à la Boîte à Bleuets, dimanche, pour la quatrième édition de la Fête des semences du Saguenay-Lac-Saint-Jean, organisé par Alma en transition. En tout, près de 1000 personnes sont venues s'approvisionner pour leur jardinage de cet été et écouter les conférences proposées.

« On a eu une excellente journée ! On a vraiment adoré. Les semenciers qui étaient présents ont eu de bons contacts avec la population et ils ont eu de très bonnes ventes », mentionne la responsable de l'évènement, Annie Brassard.

Selon elle, l'organisation de la salle où se tenait la Fête des semences a été revue, de façon à gagner de l'espace et permettre une meilleure circulation des participants. Il y avait également un coin pour les enfants, où les parents pouvaient laisser leurs petits participer à des activités sous la surveillance d'un responsable pendant qu'ils magasinaient ou écoutaient les conférences.

« On a peut-être eu un peu moins de visiteurs que l'an dernier. La dernière édition, on avait eu beaucoup de curieux. En 2017, c'était peut-être un public plus choisi et averti, qui a acheté des semences », raconte Mme Brassard.

Les visiteurs étaient des gens de tous les âges, autant des hommes que des femmes, et plusieurs venaient en famille, pour initier leurs enfants au jardinage. « Ce sont des gens qui sont peut-être un peu plus proches de la nature. On a eu autant des personnes de 70 ans que des jeunes dans la vingtaine, autant des personnes en appartements que des gens qui participent à des jardins communautaires. On rejoint vraiment tout le monde. Le jardinage, c'est un peu comme une partie de hockey, parce que ça réunit des gens qui ne se rencontreraient pas nécessairement autrement », estime la responsable de l'évènement.

Les semences proposées étaient libres et patrimoniales, un point très important, selon Annie Brassard. « Lorsqu'on commence à jardiner, le réflexe habituel est d'aller à la quincaillerie. Il y a deux désavantages à faire ça. D'un côté, les plantes vendues ne sont souvent pas adaptées à notre climat, et de l'autre, ce sont souvent des hybrides. On ne peut donc pas les replanter après la première récolte, car on ne sait pas le résultat qu'on peut avoir », raconte-t-elle.

Les semenciers présents dimanche proposaient donc des plantes originaires du Québec, qui avaient été choisies spécialement pour être vendues au Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Ce sont des légumes cultivés par des familles du Québec, qui ont donné de très bons résultats. Avec ces semences, lorsqu'on les cueille une première fois, on peut utiliser les semences des légumes amassés pour les replanter. À la longue, on finit par avoir un très bon plant, et on devient indépendant des semences », explique Mme Brassard.

Les organisateurs pensent déjà à la prochaine édition. Toutefois, Annie Brassard mentionne qu'elle aimerait organiser un évènement connexe dans les prochaines semaines, pour faire un échange de semences. « Souvent, les gens se retrouvent avec beaucoup trop d'une sorte de semence pour leur besoin. Alors on pourrait se rencontrer dans une petite salle, de manière très informelle, pour échanger les graines qu'on a de trop pour des sortes qui nous manquent. Ce serait un mini-évènement », conclut la responsable.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer