Dévastation au centre-ville d'Alma

Le centre-ville d'Alma a été complètement paralysé, jeudi,... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le centre-ville d'Alma a été complètement paralysé, jeudi, après qu'un violent incendie aux ravagé le Pub Le Jeannois et le Dooly's.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Le centre-ville d'Alma avait des airs d'apocalypse, jeudi matin, après qu'un violent incendie eut complètement ravagé deux établissements licenciés.

Un immense panache de fumée était visible à... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 1.0

Agrandir

Un immense panache de fumée était visible à des kilomètres à la ronde.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Les sapeurs ont arrosé les bâtiments environnants afin... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 1.1

Agrandir

Les sapeurs ont arrosé les bâtiments environnants afin d'éviter la propagation de l'incendie. Les forts vents ont compliqué les choses.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Le Dooly's et le Pub Le Jeannois sont une perte totale. Un centre de conditionnement physique et quatre logements se trouvaient aussi à l'intérieur de l'immense édifice de trois étages.

Une soixantaine de pompiers des casernes d'Alma, Saint-Bruno, Saint-Nazaire et L'Ascension ont combattu les flammes. Le brasier, qui a pris naissance vers 5 h 15, a été maîtrisé plusieurs heures après le début du combat. 

À l'arrivée des sapeurs, il était impossible de pénétrer à l'intérieur de l'édifice, compte tenu de l'intensité des flammes. 

Durant l'intervention, ils n'ont pas ménagé leurs énergies pour éviter que le feu se propage aux bâtiments environnants, dont au bar Le Crapaud. 

« Les équipes ont tenté de pénétrer à l'intérieur des commerces, mais le brasier était trop chaud. On a été incapables d'entrer pour procéder à l'extinction, alors on s'est mis en mode défensif. Les bâtiments sont tous collés ici, alors il y avait de grands risques de propagation », affirme Steeve Groleau, chef aux opérations pour le Service des incendies d'Alma.

Les occupants d'une dizaine de logements ont été évacués et pris en charge par la Croix-Rouge. Les commerces du centre-ville ont été fermés, dont les Plaza 1, 2 et 3. Des dizaines de curieux étaient sur place pour observer la scène.

« Notre schéma de couverture de risque a fait ses preuves. Les alarmes ont été déclenchées d'une manière répétitive, de sorte que nous avons eu tout le personnel et les équipements dont nous avions besoin pour combattre l'incendie », commente Marc Asselin, maire d'Alma.

Rencontré sur les lieux, le propriétaire des établissements,... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 2.0

Agrandir

Rencontré sur les lieux, le propriétaire des établissements, Jeffrey Chenard, est démoli. «C'est huit ans de travail qui s'est envolé en fumée.»

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Le propriétaire atterré

«On est à terre. C'est huit ans de travail qui s'est envolé en fumée. Ce n'est pas facile. On ne s'attend jamais à ça. Ça arrive tellement vite.»

Jeffrey Chenard, le propriétaire du Dooly's et du Pub Le Jeannois, est atterré. «Je pense à mes 26 employés qui perdent leur emploi et à mes quatre locataires qui n'ont plus rien. La bâtisse, c'est du bois et du béton. Mais je pense à tout ce qu'il y a à l'intérieur. Ça me jette par terre. Nous avons perdu tous nos souvenirs.»

L'homme d'affaires a été informé du drame, à 6h15. Le réveil a été brutal. Rapidement, il est sorti du lit. 

«Je recevais plein de téléphones. Quand je suis arrivé sur les lieux, les policiers m'ont demandé de quitter. Tout a pété ! Ça s'est vraiment fait vite. En une heure et demie, tout était tombé par terre. On ne peut pas s'imaginer à quel point le feu peut être destructeur. Quand on voit une bâtisse de 50 000 pieds carrés s'affaisser, on constate à quel point le feu peut être grave.»

Le père de M. Chenard demeurait dans l'immeuble. Il a été incommodé par la fumée. Ce dernier a été transporté au centre hospitalier d'Alma pour y être traité. 

Jeffrey Chenard s'apprêtait à investir 750 000$ pour revamper son entreprise. «On était en mode investissement et on avait de beaux projets. On mettait beaucoup d'argent. On était prêts à attaquer ça; et là, tout est parti.»

L'édifice de la rue Sacré-Coeur a été construit en 1928. Depuis, il a abrité plusieurs commerces. 

L'immeuble, dont la valeur est estimée à deux millions de dollars, est une perte totale. La valeur de reconstruction s'élève à 4,5 millions de dollars.

Sur sa page Facebook, Jeffrey Chenard a annoncé que le Dooly's aura une seconde vie, dès 2018.

L'enquête transférée aux crimes majeurs de la SQ

L'enquête visant à déterminer les circonstances de l'incendie a été transférée à l'escouade des crimes majeurs de la Sûreté du Québec.

Un déploiement policier important a envahi les rues du centre-ville d'Alma. Un poste de commandement a aussi été érigé.

Les forces de l'ordre devront déterminer s'il pourrait s'agir d'un incendie criminel et si le crime organisé serait derrière cette affaire.

«Toutes les avenues sont possibles. L'enquête consiste à déterminer l'origine du feu, qu'elle soit criminelle ou accidentelle. Un technicien en scène d'incendie et des enquêteurs ont été dépêchés sur les lieux pour rencontrer des témoins potentiels et les personnes impliquées», souligne Jean Tremblay, porte-parole de la Sûreté du Québec.

«C'est une catastrophe. Il y a à peine quelques jours, on était dans l'effervescence des Jeux du Québec, tout roulait bien en ville et ce matin (hier), c'est assez désolant. Ce qui me console, c'est qu'on ne dénote aucun blessé majeur et aucune perte de vie. Nos pompiers ont réussi à circonscrire l'incendie parce que ça aurait pu se propager sur l'ensemble des commerces. Il n'en demeure pas moins que ça laisse un immense trou pour le centre-ville», ajoute le maire Marc Asselin.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer