Envoyé en thérapie après une tentative de meurtre

Palais de justice de Chicoutimi... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Palais de justice de Chicoutimi

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Jonquiérois Steeve Bourgeois obtient sa remise en liberté, mais à la condition de suivre une thérapie de trois mois à la maison Caroline-Roy, en Estrie.

L'individu de 40 ans est accusé de tentative de meurtre sur son meilleur ami, une histoire survenue dans la nuit du 28 février au 1er mars dans un logement de la rue Père-Lalemant, à Jonquière.

Au cours de cette soirée, Bourgeois aurait perdu les pédales pour une raison inconnue et aurait asséné quelques coups de couteau au dos et à l'oreille de la victime.

Après avoir été déclaré apte à comparaître, le client de Me Julien Boulianne a été évalué sur sa responsabilité de ses actes au moment des événements.

Une bagarre a éclaté à l'intérieur de l'appartement de la victime. Celle-ci aurait été touchée par le couteau durant l'altercation.

Malgré tout, elle est parvenue à échapper à la colère de son agresseur. L'homme est sorti de l'appartement pieds nus et a pris la poudre d'escampette. 

Bourgeois serait parvenu à le rattraper dans la rue. La victime est parvenue à alerter des voisins afin d'obtenir de l'aide.

Bourgeois a été arrêté quelques instants plus tard à quelques rues de la scène de violence.

Jeudi matin, le juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec, a accepté la proposition de son avocat et de Me Michaël Bourget, de la Couronne, de le sortir de la prison pour qu'il suive une thérapie afin de venir à bout de sa problématique de consommation de stupéfiants.

Une semaine avant la bagarre, des amis avaient remarqué que l'accusé vivait des moments difficiles et avaient cherché à en savoir davantage le soir des événements.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer