Guy Larouche promet la vie dure à PFR

Guy Larouche, maire de Roberval.... (Archives Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Guy Larouche, maire de Roberval.

Archives Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

«Je me sens trahi ! C'est comme si j'avais eu un coup de poignard dans le dos !»

Richard Hébert, maire de Dolbeau-Mistassini.... (Archives Le Quotidien) - image 1.0

Agrandir

Richard Hébert, maire de Dolbeau-Mistassini.

Archives Le Quotidien

Le maire de Roberval Guy Larouche n'est pas content. Il s'est étouffé avec son café mardi matin en lisant Le Quotidien. Il ne digère pas du tout la décision de Produits forestiers Résolu de fermer le bureau administratif de Roberval pour transférer les 20 emplois à Dolbeau-Mistassini et Saint-Félicien. De plus, dans cet exercice de réorganisation, 19 postes situés dans les bureaux administratifs du secteur Mistassini se retrouveront à Saint-Félicien qui accueillera au total 39 personnes.

Il prévient qu'il ne sera pas tendre avec l'entreprise. «On les défendait, mais là ils n'aimeront pas les résultats. Il va y avoir un coût politique à tout ça. Je siège à plein de comités et je me bats pour l'industrie forestière, je suis même allé à Toronto la semaine dernière. Je pensais que nous étions des partenaires et ils ne démontrent aucun respect en prenant cette décision», prévient-il.

Guy Larouche n'a surtout pas digéré de l'apprendre dans les médias. « Pourquoi Karl Blackburn ne m'a pas téléphoné après vous avoir confirmé l'information ? C'est un manque de respect total. Je veux parler à Richard Garneau aujourd'hui (hier) et je ne me gênerai pas pour lui dire ma façon de penser. Il va voir que le maire de Roberval est malin et il va me trouver sur son chemin », a-t-il lancé.

Le maire trouve que sa localité avait déjà fait les frais en acceptant la fermeture de la scierie en 2014 pour que la compagnie puisse transférer l'approvisionnement forestier lié à l'usine à celle de Saint-Félicien et La Doré ainsi qu'un 150 000m3 pour Mashteuiatsh. 

«Si c'était pour faire des économies, ils auraient pu m'en parler et nous aurions pu trouver une solution dans des locaux au centre-ville.»

Richard Hébert plus tempéré

Pour sa part, le maire de Dolbeau-Mistassini Richard Hébert aurait aimé être avisé par la direction de Résolu. «C'est toujours décevant d'apprendre une nouvelle comme celle-là dans les médias. On aurait apprécié que la direction nous informe avant. Ce n'est jamais agréable d'apprendre que l'on va perdre des emplois dans sa localité. Ça demeure qu'il s'agit d'une décision d'une entreprise privée et que nous ne pouvons pas faire grand-chose», a-t-il commenté.

Malgré le fait que 19 emplois seront déménagés de Mistassini à Saint-Félicien, le maire se montre bon joueur. « Ça aurait pu être pire. Il n'y a pas de perte d'emploi à la scierie ou à la papetière. Aussi, ces emplois ne s'en vont pas à l'extérieur de la région, mais restent tout de même dans le secteur », ajoute-t-il.

Richard Hébert rappelle qu'il y a d'autres dossiers importants concernant l'industrie forestière et qu'il faut rester solidaire. «Nous allons continuer à nous battre à leur côté afin de défendre nos communautés forestières», a-t-il lancé faisant référence à la crise du bois d'oeuvre et la problématique de la surtaxe sur le papier surcalandré qui fragilise l'usine de Dolbeau.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer