La débâcle du printemps inquiète

Le niveau du lac Saint-Jean fera l'objet d'une... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le niveau du lac Saint-Jean fera l'objet d'une vigile importante, ce printemps, lors de la fonte des neiges. Les riverains seront aux aguets.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Le printemps doux et hâtif anticipé par les météorologues et les accumulations de neige au sol préoccupent Riverains en colère.

Le niveau du lac Saint-Jean fera l'objet d'une vigile importante, ce printemps, lors de la fonte des neiges. Les riverains seront aux aguets.

Les importantes quantités de précipitations qui se sont abattues sur la région la semaine dernière ne laissent pas indifférent le groupe de citoyens. La tempête hivernale a laissé sur son passage plus de 40 centimètres de neige.

« Pour le moment, ça va bien. Mais il y a un potentiel de problème qui peut s'en venir si la gestion du lac ne se fait pas adéquatement. Si ça fond aussi rapidement que ce qu'ils annoncent, la gestion du lac sera sérieuse. On peut être optimiste et espérer que Rio Tinto va le gérer de façon adéquate comme ce fut le cas lors des deux dernières années », souligne le porte-parole du groupe et président de l'Association des propriétaires de la plage Wilson, Gérald O'Bomsawin. « Le niveau de l'eau est actuellement à 6,73 pieds, comparativement à 6,09 pieds pour 2016, alors c'est sensiblement la même chose. »

M. O'Bomsawin ajoute qu'il faut prévoir de deux à trois jours pour abaisser le niveau du Piékuagami afin de contrer un redoux ou un apport d'eau important. « Et quand le lac monte, son niveau peut monter rapidement. »

Le mouvement Riverains en colère est un groupe populaire qui s'est donné comme rôle d'être « la vigie » hébergeant des informations sur le vécu des berges du lac Saint-Jean depuis 2011. Depuis la période de tempêtes de vent rapprochées de novembre et décembre 2013 qui ont accentué l'érosion à des niveaux que les riverains ont considérés comme inacceptables, le regroupement multiplie ses interventions.

L'information est publiée quotidiennement sur les réseaux sociaux et elle provient de plusieurs sources autour du lac Saint-Jean, afin de donner une voix aux multiples usagers du lac Saint-Jean.

Chez Rio Tinto, la porte-parole Xuân-Lan Vu se montre rassurante. Elle affirme que la situation est sous contrôle et que la compagnie fait preuve de proactivité.

« Comme à l'habitude, nous suivons les conditions météorologiques et les précipitations de près et nous ajustons notre gestion en conséquence. Des déversements débuteront d'ici la fin de la semaine sur la Grande-Décharge (une vanne au déversoir #4). Nous sommes proactifs en prévision de la crue printanière. Rappelons qu'en tout temps, le couvert de glace peut être fragile près des ouvrages de retenue d'eau et des installations hydroélectriques, particulièrement lorsqu'il y a des déversements. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer