Les bleuets du bonheur

Manger des bleuets rendrait heureux ! C'est ce que démontrerait une étude faite... (Archives, Le Quotidien)

Agrandir

Archives, Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Manger des bleuets rendrait heureux ! C'est ce que démontrerait une étude faite par une chercheuse britannique.

Le Syndicat des producteurs de bleuet du Québec a publié dans un communiqué le fruit de cette recherche réalisée récemment. La présence importante de flavonoïdes dans les bleuets aurait pour effet de stimuler les fonctions cérébrales.

« Les bleuets sauvages sont riches en flavonoïdes, des composés que l'on trouve naturellement dans des aliments tels les fruits et leur jus, ainsi que les légumes et le thé. Ces composés ont été associés à différents bienfaits pour la santé, comme la prévention des maladies cardiovasculaires, et il est encourageant de constater leur incidence potentielle sur l'humeur dans le cadre d'une expérience novatrice », explique la professeure Claire Williams, de l'École de psychologie et des sciences cliniques du langage de l'Université de Reading au Royaume-Uni.

L'étude intitulée Effects of Acute Blueberry Flavonoids on Mood in Children and Young Adults a été réalisée dans deux populations distinctes. Le premier groupe était constitué de 21 jeunes adultes âgés de 18 à 21 ans, tandis que le second était formé de 50 enfants de 7 à 10 ans. Les deux groupes ont consommé soit une boisson aux bleuets sauvages ou un placebo. Ils ont ensuite évalué leur humeur selon des critères bien précis.

« Les participants des deux essais ont rapporté une amélioration importante de leur humeur après avoir bu la boisson aux bleuets sauvages », relate-t-on dans le communiqué.

« La communauté des chercheurs est ravie des résultats de cette nouvelle étude, a déclaré Kit Broihier consultante en nutrition pour l'Association des producteurs de bleuets sauvages de l'Amérique du Nord/Wild Blueberry Association of North America (WBANA). Nous n'en sommes qu'aux premières phases des recherches étudiant les liens entre l'alimentation et la santé mentale. Toutefois, il est vraiment excitant de penser que nous pourrions être sur le point de comprendre l'incidence potentielle des bleuets sauvages sur la santé mentale. Les bleuets sauvages sont reconnus depuis longtemps pour leur valeur nutritive exceptionnelle. Aurait-on découvert la « baie du bonheur » ? Je suis impatiente de voir les résultats des prochaines recherches de Dre Williams. »

Débit sanguin

Au cours de la dernière décennie, les recherches documentant les bienfaits de la consommation de flavonoïdes sur la cognition ont été nombreuses. Elle permettrait une augmentation du niveau d'attention ainsi qu'une amélioration de l'inhibition, de la mémoire visuospatiale, de la fonction exécutive et de la mémoire à long terme.

« Bien que le mécanisme rattachant les flavonoïdes et l'humeur ne soit pas encore connu, une hypothèse s'appuie sur l'augmentation du débit sanguin cérébral vers le cortex dorsolatéral préfrontal du cerveau. Ce flux sanguin accru pourrait aider à renforcer les circuits neuronaux situés dans les lobes frontaux, la partie du cerveau responsable du contrôle cognitif et de la régulation émotionnelle. En outre, il est reconnu que la consommation de flavonoïdes stimule la fonction exécutive, et il a été prouvé que, chez l'adulte, la fonction exécutive se détériore en période de dépression et qu'une fonction exécutive dégradée augmente le risque de dépression. Il est donc plausible que l'augmentation du débit sanguin cérébral et sa capacité à stimuler la fonction exécutive puissent contribuer à réfréner les caractéristiques cognitives que l'on associe à la dépression », explique la Dre Williams.

Est-ce qu'un jour on prescrira de manger des bleuets pour éviter la dépression ?




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer