La réflexion de Jacques Fortin s'intensifie: la mairie ou rien

Jacques Fortin... (Archives Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Jacques Fortin

Archives Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Un quatrième joueur pourrait se lancer dans la course à la mairie de Saguenay. Le conseiller municipal Jacques Fortin, qui est aussi président de l'arrondissement de Chicoutimi, y songe de plus en plus sérieusement. Il va même jusqu'à dire que s'il brigue à nouveau les suffrages en novembre prochain, ce sera au poste de maire plutôt qu'à celui de conseiller.

Joint jeudi, jour de l'annonce de la candidature de l'ex-député et ministre Jean-Pierre Blackburn à l'investiture du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Jacques Fortin a indiqué qu'il réfléchit intensément à cette question depuis quelque temps.

«Je regarde ça autour de moi et j'en discute avec les gens de mon quartier. J'ai parlé avec des candidats et des collègues qui m'ont dit qu'ils allaient me donner leur appui si j'y vais. Si je me présente, c'est parce que je suis prêt à offrir mes services et parce que j'ai un programme étoffé. Je suis en train de réfléchir à ce programme et à ce que j'ai à présenter. Mon programme serait quelque chose qu'on n'a jamais vu avant. Je veux prendre soin des gens, les garder chez nous», laisse filtrer Jacques Fortin.

Celui qui agit également comme directeur général de La Pulperie de Chicoutimi n'a jamais perdu une élection. S'il se lance, il assure que c'est pour gagner.

Jean-Pierre Blackburn

L'intérêt manifesté par Jean-Pierre Blackburn à l'égard de la fonction n'a aucune influence sur la réflexion de Jacques Fortin, assure-t-il. Le conseiller rappelle que «tout le monde a le droit» de lorgner le titre de premier magistrat. Cela dit, Jacques Fortin est d'avis que les partis briment les citoyens et créent de l'animosité à la table du conseil.

«Dès le début, je l'ai dit. Je ne crois pas à ça au municipal», insiste-t-il.

Cette prise de position peut paraître étonnante aux yeux des observateurs de la scène politique municipale puisque Jacques Fortin a longtemps été considéré comme un conseiller proche du maire Jean Tremblay. Les deux hommes ont travaillé ensemble pendant plus de deux décennies et le maire a soutenu le représentant du district #15 pendant un passage à vide, dans la foulée du scandale du terrain du boulevard Renaud. Toutefois, le PCS endosse la candidature du Laterrois Luc Blackburn, dont le district est englouti par celui de Jacques Fortin avec le redécoupage électoral. Le président assure qu'il n'est pas en brouille avec l'entourage du maire Tremblay.

«Je ne peux pas nier ce qui s'est fait avec Jean au cours des 20 dernières années. Il y a eu un beau travail d'équipe et de belles choses ont été réalisées. Les plus belles années de Jean, c'est quand il n'y avait pas de partis. Les gens savent que je réfléchis et ils respectent mon choix de ne pas être dans le parti», poursuit-il.

Jacques Fortin est persuadé que les électeurs de Saguenay veulent un maire indépendant. Il entend rendre public le fruit de sa réflexion au début du mois de mai.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer