Le salaire suscite des questions

Jean-Pierre Blackburn... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Jean-Pierre Blackburn

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

S'il le veut et surtout s'il est élu, Jean-Pierre Blackburn pourrait toucher le salaire de maire de Saguenay, sa pension de député fédéral, sa pension de vieillesse d'Ottawa et sa rente du Québec.

M. Blackburn a confirmé, jeudi matin dans Le Quotidien, qu'il avait l'intention de briguer les suffrages à la mairie lors de l'élection municipale du 5 novembre.

Dès la publication de la nouvelle, plusieurs personnes se sont interrogées sur le salaire qu'il pourrait toucher et de son pouvoir de nomination au cabinet du maire.

Interrogé sur ces aspects, M. Blackburn a bien voulu répondre, mais en précisant qu'il n'était pas encore élu et qu'il n'avait pris aucune décision sur ces éléments.

Au point de vue salarial, M. Blackburn serait en droit de recevoir la rémunération du maire de Saguenay, environ 135 000 $ (plus une allocation) tout en continuant de percevoir la pension qu'il a accumulée durant sa carrière politique à Ottawa, soit un peu plus de 100 000 $ annuellement. Et à cela s'ajoutent la pension du gouvernement et la rente du Québec.

«Lorsque l'on travaille pour une société d'État (au fédéral), nous ne pouvons gagner plus de 5000 $. Sinon les sommes supplémentaires sont déduites de notre pension de député. Lorsque j'étais aux EX à Radio-Canada, si je recevais plus de 5000 $, c'était enlevé de la pension. Lorsque j'ai été ambassadeur du Canada à l'UNESCO, je n'ai pas touché ma pension de député», explique Jean-Pierre Blackburn.

«Mais pour la mairie, ça n'a pas de lien. Ça n'entre pas en ligne de compte», ajoute-t-il, sans préciser ce qu'il entend faire s'il est élu.

Jean-Pierre Blackburn dit que le téléphone a commencé à sonner très tôt, jeudi matin. Il a été en demande pour des entrevues avec les médias, mais il a aussi reçu des messages de citoyens voulant agir comme bénévole à sa campagne électorale ou encore des personnes intéressées à devenir candidates à l'élection.

Concernant la formation possible du cabinet du maire, M. Blackburn a reçu l'assurance que c'est lui, et non le Parti des citoyens de Saguenay, qui choisira ceux qui le seconderont dans ses éventuelles fonctions.

«J'ai effectivement eu des discussions avec le maire Jean Tremblay. Et j'ai reçu l'assurance que ce sera à moi de choisir mon monde. Il était important que je puisse avoir les coudées franches. C'était fondamental.»

«Mais je le répète, il est encore très tôt pour m'arrêter à tous ces aspects. Je devrai d'abord remporter l'investiture du PCS en mai et ensuite être élu maire de Saguenay pour aller de l'avant. Et ça, ce n'est pas encore fait», a conclu Jean-Pierre Blackburn.

Maire heureux

Questionné sur l'arrivée de M. Blackburn dans cette course à la mairie, Jean Tremblay s'en réjouit.

«Je vois ça d'un bon oeil. Il s'agit d'un candidat de très grande qualité. C'est un très bon candidat», a noté M. Tremblay.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer