La présidente de l'UQ clarifie les rôles

L'Université du Québec à  Chicoutimi... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'Université du Québec à  Chicoutimi

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La présidente de l'Université du Québec, Sylvie Beauchamp, a participé à la séance du conseil d'administration de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), mardi, afin de clarifier les rôles de chaque structure dans le cadre de la procédure de sélection d'un nouveau recteur.

La rumeur de la présence de la présidente de la tête du réseau de l'UQ s'est répandue comme une traînée de poudre dans les murs de l'UQAC. Plusieurs sources ont évoqué des raisons quant à la présence de Sylvie Beauchamp à cette séance du conseil d'administration qui survient au moment où le processus de sélection du prochain recteur doit être repris.

Selon la directrice des communications du réseau, Mme Valérie Reuillard, le passage de la présidente au conseil d'administration n'avait rien d'exceptionnel.

« Mme Beauchamp a rencontré le conseil d'administration pour bien expliquer le rôle spécifique des différentes structures. Il y a les responsabilités de l'assemblée des gouverneurs, celles du conseil d'administration de l'UQAC et celles du comité de sélection dont les travaux sont confidentiels. La rencontre a essentiellement servi à rappeler ces différents rôles dans le processus. »

La suite des événements devrait être confirmée dans les prochaines heures par communiqué. La directrice des communications est demeurée très prudente sur les questions en lien avec le processus de sélection, référant Le Quotidien à la publication du communiqué qui aura lieu d'ici demain.

Le Quotidien avait sollicité une entrevue avec la présidente de l'UQ afin de faire le point sur les implications et surtout les conséquences découlant de ce qui commence à ressembler à une crise de succession au rectorat de l'UQAC. L'échec du premier processus de sélection illustre assez bien que les différents camps ne sont pas prêts à accorder leur confiance facilement.

Dans sa démarche, le comité de sélection formé par l'UQ n'a pas répondu à l'une des principales critiques soulevées à son endroit. Celle-ci concerne la présence du président du conseil d'administration de l'UQAC, Laval Boulianne, au sein du comité de sélection. Les opposants craignent que M. Boulianne ne soit tenté de pencher pour un candidat qui voudra maintenir l'équipe de direction actuelle de l'UQAC.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer