Jean-Pierre Blackburn se lance dans la course

Jean-Pierre Blackburn... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Jean-Pierre Blackburn

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ancien député conservateur de Jonquière, Jean-Pierre Blackburn, tente sa chance à la mairie de Saguenay. Il se présente à titre de candidat du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), le parti lancé par le maire sortant Jean Tremblay.

Le politicien de 68 ans a confirmé ses intentions au journal Le Quotidien, mercredi. Il souhaite que son nom se retrouve sur le bulletin de vote à la mairie le 5 novembre.

Dans un récent sondage, son nom avait été avancé. Jean-Pierre Blackburn n'avait pas fermé la porte à cette éventualité et mentionnait qu'il avait été approché par diverses personnes. 

Dans une entrevue avec Le Quotidien il y a deux semaines, M. Blackburn avait affirmé avoir refusé de se présenter à la mairie à la suite de sollicitation il y a environ un an. Mais la sollicitation s'est poursuivie et de manière plus intense récemment. 

« Au cours des derniers jours, mon nom s'est retrouvé à l'avant-plan quant à une possible candidature à la mairie de Saguenay. Cette information s'est rapidement répandue dans la population et a engendré de la sollicitation, des commentaires et des appels de la part de plusieurs personnes, exprimant la volonté que je réponde favorablement à cette invitation », a commenté le Jonquiérois.

« J'ai donc accepté à la suite de ces sollicitations d'amorcer une réflexion plus poussée quant à une possible candidature à la mairie de Saguenay. Aujourd'hui, cette réflexion est complétée », a-t-il expliqué.

M. Blackburn a informé le président du Parti des citoyens de Saguenay, René-Philippe Harvey, ainsi que tous les membres de l'exécutif, qu'il voulait servir au sein de leur parti et non pas à titre de candidat indépendant. 

« Il est vrai que j'aime la politique. Je peux dire que c'est en moi. Je veux servir et je veux essayer d'identifier des solutions aux problèmes qui se posent. »

« Saguenay est une grande ville et il y a des défis importants à relever. J'ai le goût d'y être », reprend M. Blackburn.

Le candidat à la succession de Jean Tremblay veut projeter la ville vers l'avant. Il rencontrera dans les prochains jours les autorités du PCS afin de récolter les informations sur les démarches à suivre pour la convention du parti, prévue pour le 7 mai.

« Si nos militants me témoignent leur confiance lors de cette "convention", il me sera tellement agréable de travailler avec chacun de nos candidats et candidates au sein de l'équipe. Nous formerons une grande équipe liée à un objectif, celui de la croissance économique de la septième grande ville en importance au Québec. Je suis un citoyen comme vous, et je serai un maire pour vous », a-t-il écrit dans un document.

S'il est élu candidat du PCS, Jean-Pierre Blackburn se frottera aux candidats annoncés, Josée Néron, de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD) et Arthur Gobeil, qui se présente comme indépendant.

D'autres noms circulent présentement, comme ceux de l'homme d'affaires Éric Larouche, du conseiller municipal Luc Boivin et de Priscilla Nemay, de Promotion Saguenay.

Concernant le conseiller municipal Carl Dufour, il renonce à la possibilité de se lancer à la course à la mairie de Saguenay. Il sollicitera plutôt un troisième mandat au quartier numéro 5 (il était dans le 6 avant). M. Dufour est actuellement président de l'arrondissement de Jonquière et président de la commission Sécurité publique et incendie.

Il faut se souvenir qu'au milieu des années 90, Jean-Pierre Blackburn avait tenté sa chance à la mairie de Jonquière, mais avait perdu face à Marcel Martel.

Un homme politique d'expérience

Jean-Pierre Blackburn possède une longue expérience de la scène politique.

Il a été député fédéral de Jonquière de 1984 à 1993 sous Brian Mulroney. Il avait notamment occupé le poste de secrétaire parlementaire du ministre de la Défense.

Après une absence d'une douzaine d'années, il a tenté à nouveau sa chance et a été réélu à l'élection générale de 2006. Il a été en poste jusqu'en 2011. Il a subi la défaite aux mains du néo-démocrate Claude Patry. Durant ce deuxième séjour, M. Blackburn a été ministre du Travail et ministre du Développement économique du Canada pour la région du Québec. Il a aussi été ministre du Revenu et ministre d'État à l'Agriculture. Quelques mois après la conclusion de sa carrière en politique fédérale, M. Blackburn a été nommé par le premier ministre canadien Stephen Harper au poste d'ambassadeur du Canada à l'UNESCO, à Paris, en France, en 2011. Il est demeuré en poste durant trois ans, soit jusqu'en 2015.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer