Réal Thivierge obtient gain de cause

Maxime De Varennes... (Photo courtoisie)

Agrandir

Maxime De Varennes

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

L'ex-pourvoyeur Réal Thivierge a eu gain de cause contre Maxime De Varennes, dans sa réclamation aux petites créances, concernant la vente d'une motoneige.

Ce dernier doit donc verser une somme de plus de 10 100 $ à l'ancien propriétaire de la Pourvoirie des Laurentides.

Dans sa décision, le juge Paul Guimond donne raison à la partie demanderesse « vu l'absence injustifiée d'un représentant des défenderesses et de Maxime De Varennes, vu le témoignage de Réal Thivierge, lequel a démontré le bien-fondé de sa réclamation. »

Le dossier de la vente de la pourvoirie des Laurentides a fait couler beaucoup d'encre à la suite des déboires de celui qui en a fait l'acquisition en avril 20015.

Quand Maxime De Varennes a acheté la pourvoirie, il a demandé à M. Thivierge de lui fournir une motoneige et de l'inclure dans la transaction. Or, De Varennes n'a pas payé les mensualités à la Caisse populaire qui réclamait l'argent auprès de M. Thivierge.

Dans sa demande, Réal Thivierge lui réclamait les frais qu'il avait encourus pour tenter de récupérer la motoneige, soit 7600 $ en frais de toutes sortes, en plus d'un dédommagement de 2500 $.

C'est le fils, Samuel Thivierge, qui a expliqué la cause au juge Guimond le 13 février dernier, au Palais de justice de Roberval. Quant à lui, M. De Varennes brillait par son absence.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer