Storm Alliance fait une percée dans la région

Le groupe Storm Alliance a une page Facebook... (Photo tirée d'Internet)

Agrandir

Le groupe Storm Alliance a une page Facebook «fermée».

Photo tirée d'Internet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Un nouveau groupe aux visées radicales fait son entrée en région. À l'instar de La Meute, Storm Alliance 02 invite la population à participer à la marche « pour la liberté, la paix et la justice » qui aura lieu le 4 mars à Chicoutimi. Le rassemblement est organisé par la Canadian Coalition for Concerned Citizens (CCCC), dont la mission, plutôt nébuleuse, épouse des idéologies d'extrême droite.

Le chef de clan 02 de Storm Alliance, Marc Gravel, reste lui aussi très vague concernant les objectifs poursuivis par son organisation, laquelle ne compterait que 75 membres dans la Belle Province.

« On veut venir en aide au monde, faire des bonnes actions. On prône la protection de la Charte canadienne des droits et libertés et on veut protéger les valeurs québécoises », a résumé le président, par téléphone. Ne perce pas le cercle de Storm Alliance qui veut. Le regroupement n'a pas de site Internet. Il existe toutefois un groupe Facebook fermé, Storm Alliance Québec. Pour y adhérer, un administrateur doit donner son autorisation au préalable et la référence d'un membre est requise.

Selon le président régional, le filtrage des internautes est nécessaire pour éviter que « la police et des taupes » s'infiltrent dans la salle de clavardage (chat room) de Storm Alliance.

À l'échelle nationale, Storm Alliance Canada se décrit comme « une organisation sans but lucrative (sic) et non partisane », dont « l'unique but est de protéger les droits du peuple ». Le groupe se dit « ni de droite ni de gauche, mais neutre ». Dans l'énoncé de mission transmise par le chef de clan 02, on peut lire ce qui suit :

« Storm Alliance est composé de citoyens canadiens qui ont pour but de rendre notre pays plus fort, d'en faire un pays qui prend soin de ses communautés avec une politique qui ne laisse personne à l'écart, une politique inclusive. Tout cela sera accompli dans le contexte d'activités caritatives, de citoyens vigilants et d'une implication communautaire et sociale ».

La police au courant

La Sécurité publique de Saguenay (SPS) surveille les activités de Storm Alliance comme elle l'a fait pour La Meute, dont le chef régional est l'ex-syndicaliste et ancien député de Jonquière, Claude Patry. Des rencontres ont eu lieu cette semaine impliquant les organisateurs et les policiers afin de discuter de l'itinéraire de la manifestation du 4 mars. À ce stade, la SPS n'a pas l'intention de déployer d'effectifs supplémentaires et ne craint pas de débordements. Il faut dire que le caractère pacifique du rassemblement a été souligné dans les invitations lancées sur Facebook.

« On ne voit pas de problématique. Les trois groupes qui vont participer au rassemblement se connaissent bien. On va simplement rester aux aguets parce que certains groupes de gauche qui ont des idéologies contraires à La Meute pourraient se manifester », dit l'agent Bruno Cormier, porte-parole de la SPS. Des échauffourées entre les porte-étendard de la gauche et de la droite sont donc les seuls débordements envisageables, mais la police n'est pas inquiète.

Charia

Les groupes qui organisent la marche ont l'intention de manifester leur désaccord envers la charia. Lorsque questionnés à ce sujet, leurs représentants peinent souvent à expliquer clairement ce qu'est la charia. Le terme définit le code de conduite islamique qui fixe aux musulmans un ensemble de règles, interdits ou sanctions.

« En arabe, le terme ''charia'' signifie ''voie'', ''chemin''. Dans un contexte religieux, il désigne « le chemin, la voie d'accès pour respecter la loi de Dieu », est-il expliqué sur divers sites internet consacrés au sujet.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer