Usine de pansements à Saint-Félicien

Un gros défi pour Axcelon

Dino Mili, d'Axcelon Biopolymers Corp, a présenté le... (Photo le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Dino Mili, d'Axcelon Biopolymers Corp, a présenté le projet d'implantation d'une usine à Saint-Félicien afin de commercialiser son pansement Nanoderm et développer une fabrication de nanocellulose bactérienne à grande échelle.

Photo le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

La compagnie Axelon Biopolymers Corp veut s'implanter à Saint-Félicien afin de commercialiser son pansement Nanoderm et développer une fabrication de nanocellulose bactérienne à grande échelle.

Le président de la compagnie, Dino Mili, a décidé de faire le point sur le projet depuis que Le Quotidien a publié de l'information sur l'investissement potentiel de 20 millions $. « Je ne m'en cache pas, comme il s'agit de haute technologie, il y a un risque important. Nous avons un produit, le pansement Nanoderm. Nous avons 16 brevets pour d'autres produits, mais il faut être en mesure de le produire à plus grande échelle en respectant les normes du biomédical », a-t-il indiqué.

Comme il s'agit d'un produit sophistiqué qui touche le domaine de la santé, il faudra être en mesure de répondre à la demande si les ventes décollent. Aussi, la compagnie doit faire connaître le produit dans un secteur très concurrentiel où il y a de très gros joueurs comme 3 M.

Selon Dino Mili, le pansement accélère la guérison et réduit les coûts liés aux changements fréquents de pansements plus traditionnels. Le Nanoderm est une pellicule microfibrillaire naturelle qui simule le système de défense naturel de la peau. Selon des études de cas cliniques, des brûlures, des ulcères artériels et des ulcères diabétiques ont été traités avec succès en utilisant le pansement.

Le projet serait en deux phases, soit l'implantation d'une usine pilote permettant de mettre en place la production du pansement biomédical qui se fait par fermentation statique. Et en parallèle, un projet de fabrication industrielle de nanocellulose pour d'autres fins.

Actuellement, les pansements sont faits dans un laboratoire spécialisé, mais à petite échelle.

Pourquoi Saint-Félicien

Saint-Félicien offre plusieurs avantages pour Axelon. Premièrement, l'usine serait installée près de la centrale de cogénération de Greenleaf. « Nous allons pouvoir récupérer l'eau chaude produite par l'usine et même la vapeur. L'eau à 35 degrés Celsius sera utilisée pour la fermentation, le lavage et le séchage de la nanocellulose. En n'ayant pas à investir pour implanter ce type d'infrastructure, ça va réduire nos coûts de production », a mentionné le président.

De plus, pour que la cellulose se développe, elle a besoin de sucre dont ceux présents dans le lactosérum et la lignine. Des substances produites par les fromageries du secteur et l'usine de pâte de Produits forestiers Résolu.

« Nous avons tout pour mettre en place un modèle de valorisation de plusieurs produits. Il faut faire la démonstration qu'il est possible de développer une filière dans ce domaine. Saint-Félicien est très bien positionné. Il faut que le gouvernement donne un signal », a lancé le maire Gilles Potvin qui était présent à la présentation tout comme des fonctionnaires du ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation.

Car évidemment, pour réaliser ce projet de 20 millions $ qui pourrait créer 16 emplois, l'aide financière des gouvernements sera névralgique. « Il est difficile de convaincre une institution financière de s'impliquer dans ce type de projet. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer