Antonin Simard ne dit pas non au municipal

Le président démissionnaire de la Commission scolaire des... (Archives Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le président démissionnaire de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Antonin Simard, ne ferme pas la porte à la politique municipale.

Archives Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le président démissionnaire de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Antonin Simard, ne ferme pas la porte à une candidature en politique municipale. Il se donne toutefois le temps de se reposer avant de prendre une décision, lui qui confie avoir quitté son poste pour cause d'épuisement.

Joint cette semaine, le président démissionnaire a confié qu'il est à bout de souffle et qu'il a besoin d'un temps d'arrêt. L'annonce de son départ a causé la surprise, lui qui n'avait laissé filtrer aucun présage au sujet de ses intentions. 

«Je travaillais entre 60 et 80 heures par semaine avec mon travail chez Rio Tinto. J'ai perdu 20 livres. À un moment donné, tu te dis que si tu continues, tu vas sauter. C'était le temps que je prenne du recul», a-t-il déclaré, lorsque questionné par Le Progrès-Dimanche

Au sujet de la politique, M. Simard dit vouloir s'accorder une période de réflexion, le temps de faire son deuil du titre de président, une fonction qu'il assumait depuis 2014 et qu'il aimait beaucoup.

Bien qu'il détienne sa carte de membre du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Antonin Simard ne croit pas qu'il arborera nécessairement les couleurs de cette formation politique s'il décide de se lancer.

M. Simard confie qu'il n'était plus capable de fournir son «100 pour cent» à la tête du conseil des commissaires.

Aucun événement lié à l'exercice de ses fonctions n'a motivé sa décision de tirer sa révérence, a-t-il assuré.

Élections 

L'intérim sera assuré par l'actuelle vice-présidente, France Gagné.

Toutefois, la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay devra tenir une élection puisque le poste devient vacant à plus de 12 mois du prochain scrutin, prévu pour novembre 2018.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer