La Bambinerie du Fjord désespère

Richard Perron et ses collègues de la Bambinerie... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Richard Perron et ses collègues de la Bambinerie du Fjord, Sonia Lavoie et Vicky Tremblay, souhaitent que Saguenay leur déniche rapidement de nouveaux locaux. Depuis l'incendie qui a ravagé le Centre communautaire Saint-Marc, l'organisme ne peut accueillir sa clientèle convenablement et sa survie pourrait être compromise.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Si Saguenay ne déniche pas des locaux adaptés aux besoins de la Bambinerie du Fjord rapidement, la survie de l'organisme sans but lucratif (OSBL) destiné aux 0-5 ans et à leurs parents pourrait être compromise.

La garderie a tout perdu dans la foulée de l'incendie qui a ravagé le centre communautaire Saint-Marc à la mi-janvier. Relocalisé au sous-sol de la Maison des familles de La Baie, dans des locaux qui ne conviennent pas du tout à ses besoins, l'organisme vivote. Avant le feu, quelque 35 enfants bénéficiaient des services dispensés par la Bambinerie. Aujourd'hui, la garderie ne peut accueillir qu'une dizaine de jeunes. Le directeur, Richard Perron, est reconnaissant envers la Maison des familles, qui a offert d'héberger son équipe. Cela dit, ces locaux devaient être temporaires, en attendant que Saguenay trouve une solution de rechange. Un mois après le sinistre, rien ne pointe à l'horizon. La direction se montre prudente dans ce dossier, mais Richard Perron laisse entendre que la Bambinerie se sent abandonnée.

«Avant, on avait quatre fois plus d'espace. Au niveau des enfants et de la clientèle, c'est très problématique. On est en démarche avec la Ville, mais disons que c'est un dossier très complexe. Il y a un certain effort de fait, mais je ne sais pas si cet effort est assez grand», note Richard Perron. Il signale que la Bambinerie est un service nécessaire à La Baie et que l'organisme communautaire a fait ses preuves, particulièrement depuis l'entrée en scène d'une nouvelle direction il y a cinq ans.

Lourde perte 

La Bambinerie a perdu tous ses équipements et dossiers de comptabilité dans l'incendie. L'organisme venait d'investir des sommes importantes pour l'aménagement d'une salle de psychomotricité et d'un gymnase au centre Saint-Marc. Le montant des assurances est insuffisant pour compenser la perte. 

«Si on ne peut pas accueillir la clientèle dans des locaux adéquats, on ne pourra pas se relever et c'est notre budget pour la prochaine année qui est en jeu. La situation a des répercussions sur les quatre employés de la Bambinerie. Notre humeur d'équipe est grandement affectée», affirme le directeur. Les locaux qu'a gracieusement fournis la Maison des familles, sise sur la rue de la Fabrique, ne sont pas dotés de fenêtres. La présence de nombreuses poutres de soutènement dans la salle principale est incompatible avec la présence de tout-petits. 

Les informations fournies à Richard Perron par les représentants municipaux laissaient poindre un dénouement favorable à court terme. Le directeur croit dorénavant que la Bambinerie ne pourra élire domicile dans des espaces convenables avant au moins six mois, un délai qui pourrait avoir de lourdes conséquences pour l'organisme.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer