Les ambulanciers en grève

Martin Harvey, président du Syndicat des paramédics du... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Martin Harvey, président du Syndicat des paramédics du Saguenay-Lac-Saint-Jean, a expliqué que la grève déclenchée mercredi vise à faire débloquer la négociation actuellement au point mort.

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Les 140 ambulanciers paramédics du Saguenay-Lac-Saint-Jean et du Nord-du-Québec sont en grève depuis minuit mercredi et ils ont tenu à le faire savoir dès jeudi matin en organisant un barrage symbolique à l'intersection de la rue Sainte-Anne et du boulevard Saguenay, à Chicoutimi.

Les ambulanciers ont ainsi joint leurs collègues du reste de la province avec pour objectif de faire débloquer les négociations en vue du renouvellement de leur convention collective, échue depuis le 31 mars 2015.

Les ambulanciers ont distribué des tracts aux automobilistes attendant au feu rouge, sans perturber le trafic.

Lors d'un point de presse, le président du Syndicat des paramédics du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Martin Harvey, s'est montré rassurant auprès de la population en affirmant que tous les services continueront d'être assurés en vertu de la Loi sur les services essentiels. Toutefois, les employeurs seront privés de la remise de certains formulaires administratifs de facturation, données statistiques, etc. tandis que certains travaux d'entretien des installations ne seront pas effectués.

M. Harvey a déclaré que les discussions autour de la table sont au point mort. Les pourparlers portant sur les enjeux normatifs sont terminés. Les clauses salariales, la bonification du régime de retraite, les horaires de travail à l'heure plutôt que sur des horaires 7/14 et la charge de travail restent à négocier. « Ça fait 30 ans qu'on se mobilise pour améliorer nos conditions de travail et on ne lâchera pas. »

M. Harvey a rappelé qu'en avril 2016, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, est intervenu dans la négociation en annonçant une refonte du mode de financement des entreprises ambulancières dans la foulée du rapport du Comité national sur les services préhospitaliers d'urgence, connu sous le nom Rapport Ouellet. Le ministre a décidé alors d'appliquer certains changements en faveur d'une plus grande reddition de compte de la part des entreprises ambulancières.

Le ministre avait décidé de reconnaître pleinement et entièrement le statut des entreprises en tant qu'employeur privé, ce qui implique le retrait du ministère de la Santé et des Services sociaux des négociations liées à leur main-d'oeuvre.

M. Harvey a mentionné qu'au cours des prochains jours, d'autres moyens de visibilité seront utilisés afin de sensibiliser la population. Ce dernier a invité la population à faire pression sur leur député afin que la négociation puisse avancer.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer