BioChar Borealis va se réaliser, avec Québec ou non

Une bâtisse au coût de 1,5 million $ sera... (Photo tirée d'Internet)

Agrandir

Une bâtisse au coût de 1,5 million $ sera construite par le conseil de bande de Mashteuiatsh dans le parc industriel de la communauté pour accueillir les laboratoires de BioChar Borealis.

Photo tirée d'Internet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le projet de laboratoire de recherche en biocharbon de 7,2 millions $, de la MRC du Domaine-du-Roy et de Mashteuiatsh, va se réaliser même si Québec n'a pas confirmé sa participation de 1,2 M $.

« Comme on n'a pas la confirmation officielle du gouvernement, le conseil de la MRC a décidé par résolution de mettre les sous qui manquent si le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI) n'embarque pas pour compléter le financement qui manque », a indiqué la préfète Ghislaine Hudon.

Le temps presse, car les équipements doivent être commandés pour démarrer le projet BioChar Borealis cet été. Le laboratoire qui sera dirigé par Agrinova doit se procurer des pyrolyseurs en France et les délais de livraison seraient de quatre mois.

Comme le fédéral a promis une subvention de 5,9 millions $, certaines dépenses doivent être effectuées selon certains délais.

Une rencontre a eu lieu la semaine dernière avec le député Philippe Couillard pour connaître les intentions de son gouvernement. « Il manque environ 1,2 million $ du MESI, mais ça prend un décret pour l'avoir parce qu'il y a beaucoup de financement public. Le premier ministre nous a dit qu'il ne devrait pas avoir de problème, qu'il ne faut pas l'échapper celle-là. Le gouvernement serait bien mal vu de ne pas mettre ce montant-là quand le fédéral met 5, 9 millions $ », a-t-elle ajouté.

Une bâtisse au coût de 1,5 million $ sera construite par le conseil de bande de Mashteuiatsh dans le parc industriel de la communauté pour accueillir les laboratoires de BioChar Borealis. Le centre de recherche va payer un loyer chaque année.

Une quinzaine de chercheurs devraient y travailler. De plus, le Cégep de Saint-Félicien devrait être partenaire dans l'aventure.

Les recherches vont consister à élaborer des recettes de biocharbon pour des clients de la province. Le but serait aussi d'essayer d'essaimer des entreprises dans la région.

Un premier contrat d'un million $ sera accordé pour faire de la caractérisation du potentiel de biocharbon sur neuf essences d'arbre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer