Rectorat de l'UQAC: Laval Boulianne n'a pas à quitter ses fonctions

L'Université du Québec a publié un communiqué, jeudi,... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'Université du Québec a publié un communiqué, jeudi, dans lequel elle rappelle plusieurs règlements qui régissent la formation des comités de sélection d'un nouveau recteur.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Laval Boulianne n'aura pas à quitter la présidence du conseil d'administration de l'UQAC, malgré la pression des forces syndicales de l'établissement d'enseignement, lesquelles souhaitaient le voir quitter le comité de sélection dans le processus d'embauche d'un nouveau recteur.

L'Université du Québec a publié un communiqué, jeudi, dans lequel elle rappelle plusieurs règlements qui régissent la formation des comités de sélection. L'UQ juge justifiée l'implication du président du conseil d'administration, en l'occurrence Laval Boulianne. « Sur le plan réglementaire, cette décision revient au conseil d'administration de l'établissement concerné », est-il mentionné dans le communiqué.

« Dans le cadre des processus de désignation des chefs menés dans le réseau de l'Université du Québec, la pratique générale veut que les présidents de conseil d'administration soient nommés par leurs conseils d'administration respectifs au sein des comités de sélection afin d'illustrer l'importance accordée à cette décision. »

Le processus de sélection d'un nouveau recteur doit reprendre du début après qu'aucun candidat n'ait été retenu lors du premier appel de candidatures. Le recteur actuellement en poste, Martin Gauthier, a renoncé à un deuxième mandat de cinq ans. Les représentants syndicaux lui reprochaient notamment de gérer l'université comme une entreprise.

Rappel des règlements

En plus de confirmer le maintien de Laval Boulianne sur le comité de sélection, l'UQ a précisé certains règlements liés à l'élection de chefs d'établissements.

Dans le communiqué, elle cite l'article 38 de la Loi sur l'Université du Québec, à l'effet que « le recteur de toute université constituante est nommé pour cinq ans par le gouvernement sur la recommandation de l'assemblée des gouverneurs, après consultation de l'université constituante concernée, du corps professoral de celle-ci et des groupes ou associations déterminés par règlement de l'assemblée des gouverneurs. Il doit s'occuper exclusivement du travail et des devoirs de sa fonction. »

L'article 3 du règlement général 11 rappelle aussi les bases de la composition d'un comité de sélection. Celui-ci doit être composé du président de l'UQ, accompagné de quatre personnes, dont deux sont nommés par le conseil d'administration de l'université concernée. Il n'existe toutefois aucune condition quant aux fonctions que peuvent ou non exercer les membres du conseil d'administration. Les deux autres sont nommés par l'assemblée des gouverneurs.

De plus, l'article 4 a également été mis en contexte par l'UQ, rappelant le mandat du comité de sélection, qui consiste notamment à tenir ses réunions à huit clos puisque ses décisions sont confidentielles.

« (Le comité) s'engage, comme tout un chacun des membres le font à titre personnel en acceptant leur nomination, à remplir son mandat dans le meilleur intérêt de l'établissement, en toute indépendance à l'égard de quiconque et sans privilégier ou représenter quelque groupe que ce soit », est-il écrit dans l'article 4.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer