• Le Quotidien > 
  • Actualités 
  • > Volte-face sur le mode de scrutin: mobilisation à prévoir, selon Karine Trudel 

Volte-face sur le mode de scrutin: mobilisation à prévoir, selon Karine Trudel

En septembre dernier, la députée de Jonquière, Karine... (Archives Le Quotidien, Rocket lavoie)

Agrandir

En septembre dernier, la députée de Jonquière, Karine Trudel, a accordé une entrevue au Quotidien afin d'expliquer pourquoi elle jugeait impérative la réforme du mode de scrutin au Canada. Dans la foulée de l'abandon de cette promesse électorale par Justin Trudeau cette semaine, la néo-démocrate signale que son parti n'a pas dit son dernier mot dans ce dossier.

Archives Le Quotidien, Rocket lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

La volte-face du gouvernement de Justin Trudeau concernant la réforme du mode de scrutin ne restera pas lettre morte. La députée de Jonquière aux Communes, Karine Trudel, a reçu plusieurs appels de citoyens mécontents de l'annonce livrée par les libéraux cette semaine. Elle laisse entendre qu'un mouvement de mobilisation s'organise et que des manifestations pourraient avoir lieu.

La représentante du NPD s'est beaucoup investie dans ce dossier et a organisé des consultations publiques pour permettre aux citoyens de se prononcer sur la question. Selon la députée, plusieurs électeurs souhaitaient l'abandon du système uninominal à un tour au profit d'un modèle qui serait plus représentatif des résultats du vote. Karine Trudel est en discussions avec ses collègues du parti, particulièrement le député de Rosemont-La Petite-Patrie, Alexandre Boulerice, qui a piloté ce dossier pour le NPD. « Ce n'est pas terminé. On s'attendait vraiment à un changement et c'est ce que la population souhaitait pour que chaque vote compte. Je trouve ça dommage que Justin Trudeau rejette la réforme du revers de la main, sans ouvrir la porte à un projet de loi. Il en a fait une promesse électorale. Ç'a été dans le discours du trône et les libéraux ont organisé des consultations. On n'a pas le droit de surenchérir une élection en faisant des promesses en l'air. On ne lâchera pas le morceau », martèle la politicienne. La députée est d'autant plus déçue qu'elle s'était engagée à tout mettre en oeuvre pour tenter de faire tomber le cynisme qui anime de nombreux citoyens à l'égard de la chose politique, particulièrement les jeunes. La réforme du mode du scrutin jouait pour beaucoup. 

Postes Canada

Autre dossier que Karine Trudel suit de près : la révision du mandat de Postes Canada. Le gouvernement a mis en place un comité parlementaire et un comité de travail dont les membres ont été nommés par la ministre responsable, Judy Foote. Un rapport a été déposé le 15 décembre et la ministre devait initialement bénéficier d'une période de trois mois pour y répondre. L'échéance a toutefois été repoussée à juin.

« Je surveille ce dossier très attentivement et j'ai très hâte de voir ce qui va ressortir des rapports. Il faut trouver des moyens pour bonifier les services postaux et rétablir la livraison du courrier à domicile », dit Karine Trudel, elle-même une ancienne factrice qui a agi comme présidente du syndicat des postiers en région.

Centre des données fiscales

Quant aux changements annoncés par l'Agence du revenu du Canada (ARC) il y a quelques mois, lesquels ont un impact sur les employés du Centre fiscal de Jonquière, la députée néo-démocrate a échangé avec le directeur cette semaine. Karine Trudel veut s'assurer que la restructuration annoncée ne mette pas en péril les activités du centre et ne se fasse pas au détriment des travailleurs, particulièrement ceux qui oeuvrent sur une base temporaire. Elle discutera des impacts de la réorganisation avec l'exécutif du Syndicat des employés de l'impôt au cours des prochains jours.

Palace

Enfin, le Théâtre Palace Arvida a encore fait l'objet d'échanges sur la colline parlementaire. Karine Trudel a à nouveau discuté de la participation financière du fédéral avec la ministre responsable de Patrimoine Canada, Mélanie Joly, cette semaine. Le gouvernement est toujours prêt à assumer le tiers des coûts, selon la députée. Cela dit, Saguenay n'a encore rien annoncé concernant sa participation au projet de restauration. L'entente tripartite inclut aussi le gouvernement provincial. 2017 étant une année électorale, il ne serait pas étonnant que la Ville annonce un investissement avant le déclenchement de la campagne. Le Théâtre Palace Arvida, une salle de spectacle unique en son genre et située en plein coeur d'un quartier patrimonial, est fermé depuis plus de deux ans. Le coût du projet de rénovation est évalué à environ 3,5 millions $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer