Croisières du Fjord: Saguenay mise en garde

Le MAMOT a mis en garde Saguenay dans... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le MAMOT a mis en garde Saguenay dans le dossier d'acquisition des Croisières du Fjord.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La volonté de Promotion Saguenay d'acquérir l'entreprise Les Croisières du Fjord, propriété de l'homme d'affaires Gilles Rinfret, ne passe pas comme une lettre à la poste auprès du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT), lequel vient de servir une mise en garde à la Ville.

Dans une lettre signée le 11 janvier dernier adressée au directeur général de Saguenay, Jean-François Boivin, le sous-ministre Marc Croteau rappelle que le ministre Martin Coiteux a été interpellé en juillet dernier par la conseillère Josée Néron à la suite de l'intention exprimée d'acquérir l'entreprise oeuvrant des navettes et le bateau La Marjolaine.

Depuis la communication transmise par Mme Néron, des représentants de Promotion Saguenay ont informé le ministère que la transaction ne visait pas l'entreprise elle-même, mais seulement ses actifs. Le ministère ajoute que selon l'information transmise, Promotion Saguenay planifie maintenir, par cette acquisition, les services de navettes entre les différentes municipalités du fjord et entre le quai de La Baie et les navires de croisières internationales.

Le sous-ministre Croteau rappelle qu'une municipalité ou un organisme municipal ne peut se livrer à des activités commerciales. « Ils peuvent par contre offrir différents services à leur population, en lien avec leurs compétences, sans rechercher le profit », y lit-on.

Le ministère rappelle qu'il incombe à la Ville d'effectuer les vérifications légales appropriées quant à la possibilité d'offrir les services envisagés ou de les déléguer à un organisme municipal.

Il ne s'agit pas de la première intervention du ministère des Affaires municipales dans la relation d'affaires entre Les Croisières du Fjord et Promotion Saguenay. En septembre 2013, le service de vérification du ministère avait produit un rapport de 36 pages sur l'organisme. Le ministère mentionnait que la Ville venait en aide indirectement à un établissement commercial et ne respectait pas la Loi sur l'interdiction des subventions municipales. Ce constat a été fait après que le ministère ait constaté la signature d'un bail pour la période du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2013 conclu avec Promotion Saguenay pour de l'espace de 120 pieds carrés pour la billetterie, incluant les frais d'électricité, de chauffage, le mobilier et l'armoire, le tout pour 1 $ par année. Le même tarif s'appliquait pour un espace à quai pour les pontons flottants ainsi que la zone d'embarquement et de débarquement.

En plus d'un bail à taux préférentiel, Les Croisières du Fjord obtenait l'exclusivité du transport maritime pour des navires de plus de 25 passagers pour des croisières quotidiennes, hebdomadaires à des heures fixes d'une durée de moins d'une journée.

Jean Tremblay... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Jean Tremblay

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

En colère, le maire va vérifier

(Jonathan Hudon) - Bien qu'il accuse Josée Néron de vouloir faire dérailler le projet d'acquisition des Croisières du Fjord, le maire Jean Tremblay se promet bien de communiquer avec le ministère pour connaître ses options.

« Dans toute ma carrière, je n'ai jamais vu quelqu'un vouloir autant bloquer tous les services de la ville. Elle prend tous les moyens, c'est plainte après plainte. »

Le maire de Saguenay n'est pas tendre envers la chef de l'Équipe du renouveau démocratique, Josée Néron, qui a communiqué avec le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire concernant la volonté de Promotion Saguenay d'acquérir les Croisières du Fjord. Le premier magistrat, qui est le président de Promotion Saguenay, a rappelé que l'objectif était avant tout de conserver des liens maritimes sur le fjord durant la saison touristique.

« Ça veut dire qu'on perdrait nos bateaux dans le fjord », a déploré Jean Tremblay, ajoutant qu'il n'existait pas de plan B advenant le cas où Promotion Saguenay devait laisser tomber le projet.

Le maire a fait savoir qu'il n'avait pas mis la main sur la lettre envoyée par le MAMOT le 11 janvier. Lorsqu'interrogé en soirée jeudi, il se promettait de communiquer avec le ministère pour voir quelles sont ses options.

« Je ne sais pas de quelle façon elle (Josée Néron) a décrit le dossier au ministère, mais j'ai hâte de leur parler demain (vendredi), a ajouté M. Tremblay. À force de faire des plaintes, elle a fini par réussir. C'est inimaginable à quel point cette femme a réussi à nuire au développement de la ville. »

Si jamais Promotion Saguenay ne parvient pas à acquérir les Croisières du Fjord, les deux bateaux-mouches ainsi que La Marjolaine cesseront leurs activités. « On les a pris par dépit et ce qu'on veut, c'est qu'ils demeurent dans le Saguenay », a soutenu Jean Tremblay, ajoutant que les deux bateaux-mouches pourraient également servir à débarquer les croisiéristes en visite à La Baie lors des périodes d'achalandage plus intenses.

Le maire a également rappelé que le volet régional du MAMOT était bien au fait du dossier. Des subventions des gouvernements provincial et fédéral ont d'ailleurs permis à Promotion Saguenay d'aller de l'avant.

« Ça compromet le projet et c'est vraiment désagréable, a répété Jean Tremblay. S'il fallait qu'il n'y ait plus de navettes dans le fjord, ça voudrait dire qu'on l'abandonne. Il n'y a personne qui veut prendre la relève. »

Josée Néron... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 3.0

Agrandir

Josée Néron

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Josée Néron satisfaite

(Denis Villeneuve) - La chef de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD), Josée Néron, est satisfaite de l'avis émis par le sous-ministre des Affaires municipales et souhaite que Promotion Saguenay cesse de s'immiscer dans une transaction à caractère privé.

Commentant la lettre émise à Saguenay le 11 janvier, Mme Néron rappelle que Saguenay ou une de ses entités ne peut se livrer à des activités commerciales parce que, ce faisant, elle monopolise de l'argent public pour faire commerce au détriment des services rendus à la population. « Nous savons que Croisières AML a tenté à maintes reprises de communiquer avec Promotion Saguenay pour discuter de la possibilité d'acquérir les Croisières du Fjord. Mme (Priscilla) Nemey n'a jamais retourné les appels. Il s'agit d'un promoteur sérieux », affirme Mme Néron.

Le 1er octobre dernier, la direction d'AML et son président, Yan Hamel, faisaient une sortie dans Le Quotidien dénonçant le silence de Promotion Saguenay malgré les tentatives de communication par courriels, appels téléphoniques ou demandes de rencontres en personne avec pour objectif d'établir un partenariat pour acquérir les actifs des Croisières du Fjord. « Promotion Saguenay aurait dû permettre à AML de faire des affaires avec Les Croisières du Fjord. »

Le dossier de la vente des Croisières du Fjord est sensible au plan touristique puisqu'en plus d'opérer le bateau La Marjolaine depuis plusieurs années, l'entreprise effectue des navettes sur le Saguenay entre les municipalités de La Baie, Sainte-Rose-du-Nord, L'Anse-Saint-Jean, Petit-Saguenay et Tadoussac.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer