L'héritage de François Goupil

Au nom de leur fils, Yvon Goupil (deuxième... (Photo Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

Au nom de leur fils, Yvon Goupil (deuxième à partir de la gauche) et Diane Duperré (quatrième) ont remis un chèque de 9150 $ à Dystrophie musculaire Canada. La présidente de la section locale de l'organisme, Jasmine Côté (à droite), a apprécié cette marque de générosité.

Photo Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avant de partir, François Goupil a laissé un héritage à Dystrophie musculaire Canada. La famille du Saguenéen atteint de dystrophie musculaire de Duchenne, décédé à 35 ans au début du mois de janvier après avoir succombé à une pneumonie, a remis 9150 $ au volet régional de la fondation, lundi matin, à la résidence des Îlots des boisés à Chicoutimi.

En août dernier, François Goupil avait fait part du désir de se doter d'un bras mécanique d'une valeur de 40 000 $, dans l'espoir de se donner une certaine autonomie. Celui qui était prisonnier de son corps en raison de la maladie avait alors lancé une campagne afin de recueillir des dons. En l'espace de quelques mois, il a frôlé la barre des 10 000 $, mais malheureusement, il est décédé avant de porter sa mission à terme.

« Son but était d'avoir son bras, mais il a toujours dit que s'il décédait avant, l'argent allait aller à la dystrophie musculaire, a témoigné la mère de François Goupil, Diane Duperré. C'est donc une journée spéciale pour nous. La fondation nous a tellement aidés, et François y tenait vraiment. C'est de l'argent qui lui revenait. »

La gorge nouée par l'émotion, Mme Duperré a vanté la détermination de son fils, qui n'a jamais cessé de faire des efforts pour amasser l'argent nécessaire.

« Il avait une espérance de vie de 20 ans et il s'est rendu à 35, a-t-elle fait valoir. Venir remettre l'argent ici nous fait du bien, même si ça demeure difficile. » Lundi, Diane Duperré était notamment accompagnée de son mari Yvon Goupil.

Contribution « énorme »

Au sein de la fondation, le généreux don de la famille de François Goupil est un coup de pouce inestimable. La présidente de la section locale de Dystrophie musculaire Canada, Jasmine Côté, a fait savoir que 35 pour cent des personnes atteintes de dystrophie musculaire au Québec vivent au Saguenay-Lac-Saint-Jean. En ce sens, elle a soutenu que la demande était plus que présente.

« Dans la région, ça représente énormément, a-t-elle réagi. Par année, Dystrophie musculaire Canada remet un fonds de 5000 $. Une partie des fonds des autres régions revient ici puisque la demande est tellement élevée. 9150 $, c'est un très beau cadeau. »

Le montant remis lundi va servir à l'achat de différents équipements. À titre d'exemple, une fourchette adaptée pour les personnes atteintes de dystrophie musculaire avoisine les 30 dollars. Des frais de transport et autres services font aussi partie des dépenses pour une personne atteinte de dystrophie musculaire.

« Malgré son état de maladie avancée, François s'impliquait beaucoup au sein de la fondation, a reconnu Jasmine Côté. C'était une grande réussite pour lui et c'était remarquable de voir toute l'énergie qu'il mettait pour la cause. »

La dystrophie musculaire est une maladie génétique, au nombre des quelque 160 maladies neuromusculaires. Elle peut être décelée dès la naissance, ou encore se développer en cours de vie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer