Prochain recteur de l'UQAC: le comité de sélection entame les entrevues

Le nom du professeur et économiste Marc-Urbain Proulx... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le nom du professeur et économiste Marc-Urbain Proulx a été l'un des premiers à circuler sérieusement lorsque l'actuel recteur Matin Gauthier a décidé de mettre un terme au processus de renouvellement de son mandat à la tête de l'établissement.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le comité de sélection formé par l'Université du Québec (UQ) pour identifier un successeur au recteur de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Martin Gauthier, entamera au cours des prochains jours une série d'entrevues avec des candidats dont le profil a été jugé intéressant. Le groupe pourra ensuite recommander au conseil des ministres celui qui fera consensus au sein de la communauté universitaire.

Tout le processus de sélection du recteur est entouré du plus grand des secrets, mais certaines informations ont tout de même filtré depuis que le titulaire actuel du poste a annoncé qu'il renonçait au renouvellement de son mandat. Cette annonce a obligé la direction de l'UQ à procéder à un appel d'offres pour de nouvelles candidatures afin de pourvoir au poste de recteur de l'UQAC.

Les discussions avec plusieurs professeurs et personnes bien au fait de la course au rectorat ont permis d'identifier au moins trois candidats potentiels provenant de l'UQAC. Il s'agit de l'économiste Marc-Urbain Proulx, dont la candidature n'avait pas été considérée par l'UQ lors de l'exercice de sélection précédant qui avait mené à la nomination de Martin Gauthier. L'autre candidat potentiel dont le nom circule toujours est le doyen à la recherche Stéphane Allaire, et le troisième serait le doyen aux études, Étienne Hébert. 

La directrice des communications de l'UQ, Valérie Reuillard, a indiqué au Quotidien que pour le moment, tout ce qui entoure le processus de sélection du prochain recteur de l'UQAC allait demeurer confidentiel. Il est également impossible pour le réseau d'avancer une date pour la nomination du prochain recteur, puisque le processus est soumis à différentes étapes de consultation et de niveaux décisionnels jusqu'à la sélection finale.

« Il y a un processus en place. Nous allons devoir mener une consultation afin de déterminer si la communauté accepte le choix. Il pourrait arriver que ce choix ne soit pas approuvé par la communauté. L'assemblée des gouverneurs doit également procéder à la sélection finale du candidat avant que la candidature soit soumise à une décision finale au conseil des ministres. Le conseil des ministres pourrait aussi ne pas retenir le candidat retenu par l'assemblée des gouverneurs au terme du processus de sélection », a expliqué la porte-parole.

En plus des trois candidatures provenant de l'interne, les informations qui circulent font état de deux candidatures de l'extérieur de l'établissement d'enseignement. Dans le cadre de cet appel d'offres, la personne intéressée peut elle-même soumettre sa candidature. Une personne ou un groupe de personnes ayant un lien avec l'université peut présenter une candidature. Dans une première démarche, le comité de sélection dirigé par la présidente de l'UQ doit vérifier si les personnes dont les candidatures ont été soumises sont toujours intéressées à poursuivre le processus de sélection.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer