Commission scolaire du Lac-Saint-Jean: 70 élèves vont changer d'école

Roxanne Thibeault, présidente de la Commission scolaire Lac-Saint-Jean.... (Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Roxanne Thibeault, présidente de la Commission scolaire Lac-Saint-Jean.

Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après quelques mois de consultations, les membres du conseil des commissaires de la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean ont entériné, mardi soir, le redécoupage des bassins. À la prochaine rentrée scolaire, environ 70 élèves du primaire fréquenteront une nouvelle école.

Une cinquantaine d'élèves seront donc transférés de l'école Saint-Joseph à Saint-Julien tandis qu'une vingtaine, qui devaient fréquenter l'école Albert-Naud, se retrouveront plutôt à l'école Saint-Sacrement. L'école Saint-Joseph demeurera la plus populeuse avec 600 élèves contre 197 pour Saint-Julien, 215 pour Albert-Naud et 274 pour Saint-Sacrement. Le redécoupage touche les élèves de la maternelle à la 6e année, mais une solution sera trouvée pour ceux de 6e année, afin de ne pas nuire à leur apprentissage de l'anglais intensif, ce qui touche moins d'une dizaine de jeunes. 

À la suite de la réunion des commissaires, la présidente de la Commission scolaire, , a rappelé que le processus avait été élargi et exhaustif, même si le résultat est décevant pour certains parents. Ces derniers ont été tenus informés tout au long des démarches. « L'obligation de la commission scolaire, c'est de consulter le comité de parents et le syndicat de l'enseignement. On a décidé de faire plus. Au mois de décembre, on est allés dans les écoles rencontrer les parents concernés par le redécoupage. On est retournés en janvier. Les parents voulaient avoir le temps de voir s'ils pouvaient nous proposer des solutions. On a donc pris les propositions et les gens des services éducatifs ont tout analysé», d'indiquer Roxanne Thibeault, indiquant que les responsables du dossier ont travaillé jusqu'à la dernière minute. Le service d'urbanisme d'Alma a même été consulté dans le processus afin d'éviter de simplement déplacer le problème. 

«Il y a peut-être des écoles où il y aurait eu un peu de place, mais il y a tellement de développement domiciliaire dans ces secteurs qu'on aurait eu une nouvelle problématique dans un an ou deux. On est donc allés dans des secteurs où il y a moins de développement. On sait qu'avec ces jeunes, on n'aura pas d'autres transferts à faire, d'assurer Roxanne Thibeault. On travaille pour la réussite des jeunes et on a à coeur leur bien-être.»

La présidente raconte que le dernier redécoupage majeur de bassins avait été réalisé il y a une vingtaine d'années. Des transferts sont toutefois faits tous les ans à la grandeur du territoire couvert par la commission scolaire. 

«On n'est pas en augmentation de clientèle énorme, mais on a une problématique cette année parce qu'on a des écoles qui débordent», de souligner Roxanne Thibeault, indiquant que l'école Saint-Joseph avait une problématique majeure dans la disponibilité des gymnases. 

«On manque de plateaux d'éducation physique et on est à la limite. On ne peut donc pas en donner autant qu'on voudrait. Ça va résoudre ce problème en même temps», de raconter la présidente de la CSLSJ.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer