3000$ d'amende pour avoir conduit avec trois fois la limite

Steven Desjardins, le client de Me Gitane Smith,... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Steven Desjardins, le client de Me Gitane Smith, de l'Aide juridique, a été arrêté sur la route 172 à Saint-Charles de Bourget alors qu'il roulait à haute vitesse et en état d'ébriété.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Steven Desjardins, de Saint-Charles de Bourget, s'apprêtait à arrêter sa voiture dans son entrée privée lorsque les policiers de la Sûreté du Québec l'ont intercepté à haute vitesse et en état d'ébriété. Il a eu le malheur de souffler des taux d'alcool de .282 et .284, plus de trois fois la limite autorisée par la loi.

«Vous étiez une véritable bombe sur la route. Heureusement que personne n'a été blessé», a lancé le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, en écoutant le résumé de cet événement.

L'homme de 37 ans est venu régler son dossier devant le tribunal, mardi matin, au Palais de justice de Chicoutimi.

Le client de Me Gitane Smith, de l'Aide juridique, a été arrêté sur la route 172 à Saint-Charles de Bourget. Les patrouilleurs ont croisé le véhicule et ont enregistré une vitesse de 114 kilomètres à l'heure dans une zone de 90 km/h.

Les policiers ont immédiatement fait demi-tour. Ils ont remarqué que le conducteur chevauchait la ligne jaune continue de la route. En plus, il a freiné brusquement à proximité d'un panneau d'arrêt, mais ne s'est finalement pas arrêté.

«Lorsque les agents l'ont intercepté, ils ont remarqué qu'il avait une démarche quelque peu chancelante, qu'il avait la bouche pâteuse et les yeux vitreux. Ils ont décidé de le conduire au poste de police où il a soufflé des taux de .284 et de .282, plus de trois fois la limite», a expliqué Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon, procureure de la Couronne.

«Vous devriez remercier votre avocate pour le travail qu'elle a fait, car si ça n'avait été que de moi, c'est de la prison que vous auriez obtenue», a ajouté Me Hamelin-Gagnon.

L'individu s'en tire très bien, comme l'a dit le juge Guimond, surtout qu'il compte un antécédent judiciaire de même nature en 2008. Comme aucun avis de récidive n'a été signalé, Desjardins, qui est déménagé à Jonquière, a évité une peine d'emprisonnement ferme minimale de 30 jours.

«Monsieur aurait pu se retrouver derrière les barreaux, effectivement. Nous avons une suggestion commune de 3000$ en amende et une interdiction de conduire de deux années à vous soumettre», a indiqué Me Smith.

Même s'il a trouvé la suggestion plutôt faible, le juge Guimond a tout de même entériné la proposition.

«Vous avez commis un geste totalement irréfléchi. Il n'y a pas eu de conséquences graves, car vous n'avez pas tué personne. Vous vous en tirez bien, mais s'il devait y avoir une troisième présence pour la même accusation, vous n'auriez pas la même chance. Au lieu de sortir par la grande porte, vous allez plutôt prendre la direction des cellules», note le juge Guimond.

«Ce n'est tout de même pas rassurant de se promener sur nos routes en sachant qu'il y a des gens qui conduisent avec un taux d'alcool dépassant trois fois la limite autorisée», a conclu le magistrat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer