L'approche économique plaît à Sylvain Gaudreault

Sylvain Gaudreault... (Archives La Presse, Ivanoh Demers)

Agrandir

Sylvain Gaudreault

Archives La Presse, Ivanoh Demers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le député de Jonquière à l'Assemblée nationale, Sylvain Gaudreault, sort gonflé à bloc du dernier Conseil national du Parti québécois, alors que le nouveau chef Jean-François Lisée a décidé de miser sur le nationalisme économique.

Sylvain Gaudreault considère que l'approche du nouveau chef souverainiste en matière d'économie arrive au bon moment pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. En quelques années, le Québec a vu partir des centres décisionnels importants, dont ceux de Rio Tinto, Rona, en plus de la vente ou la délocalisation d'usines comme Novalis.

«Il y a souvent des acquisitions et transactions dans le domaine des ressources naturelles et ça touche beaucoup de régions comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean. C'est donc intéressant de voir que notre nouveau chef a choisi d'en faire une priorité en vue des prochaines élections générales», a déclaré au Quotidien le député de Jonquière.

Sylvain Gaudreault ajoute qu'en plus de marteler sur toutes les tribunes la nécessité pour les Québécois de contrôler leur économie, le chef péquiste arrive avec des propositions formelles pour accompagner les entreprises.

«Il propose de donner un mandat spécifique à la Caisse de dépôt et placement du Québec et d'utiliser le fonds des générations pour réussir à garder le pouvoir sur nos entreprises. Nous allons encore plus loin pour les situations où il y a des décisions de fermer des usines pour les délocaliser.»

«Ce sont des situations qui ont eu des conséquences graves pour l'économie régionale, comme la fermeture de l'ancienne cartonnerie Cascades par la multinationale Graphic Packaging.»

«Le gouvernement du Québec n'a absolument rien fait pour aider les travailleurs à s'organiser afin de tenter de relancer les opérations. Un gouvernement du Parti québécois va accompagner les travailleurs qui vont se retrouver dans ces situations.» Avec l'arrivée de Donald Trump à la présidence des États-Unis, Sylvain Gaudreault croit qu'il sera encore plus important pour l'État de soutenir les entreprises québécoises et de veiller au grain. Les visées protectionnistes de Trump risquent de provoquer des remous dans l'économie du Québec qui dépend en bonne partie des exportations aux États-Unis. Le nationalisme économique constitue, selon le député, un moyen intéressant pour contrer ces politiques.

D'autre part, le député a souligné la participation au Conseil national de pas moins de 50 délégués des cinq circonscriptions de la région. « Le parti est très bonne santé. J'ai rencontré les délégués de Roberval et Dubuc et ils sont plus motivés que jamais à l'aube de la campagne électorale. Le premier ministre devra livrer une bataille pour conserver son siège. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer