• Le Quotidien > 
  • Actualités 
  • > Centre communautaire Saint-Marc à La Baie: trop tôt pour décider de reconstruire 

Centre communautaire Saint-Marc à La Baie: trop tôt pour décider de reconstruire

Le centre communautaire a été réduit en cendres,... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le centre communautaire a été réduit en cendres, samedi.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le conseil de Saguenay estime qu'il est encore trop tôt pour décider de la reconstruction ou non du centre communautaire Saint-Marc, détruit en fin de semaine par un incendie, mais le maire Jean Tremblay assure que toutes les démarches seront faites pour relocaliser le plus rapidement possible les sept organismes qu'il abritait.

Invité à faire le point, M. Tremblay affirme que la priorité concerne la garderie qui s'y trouvait ainsi que le Théâtre À Bout Portant. « D'ici demain, (mardi) tout le monde sera rencontré pour connaître leurs besoins. »

Il a rappelé que Saguenay a pris la décision de ne pas assurer ses immeubles d'une valeur de moins de 250 000 $ et d'y aller d'une franchise de 250 000 $. L'économie d'assurances jusqu'à maintenant a permis de créer une réserve de 900 000 $ en cas de sinistre.

Malgré tout, il est trop pour décider de l'avenir, selon lui, puisqu'il faut analyser quels sont les locaux disponibles pour les organismes, quels montants seront remboursés par les assurances en fonction d'une reconstruction ou non.

Coopérative

Le dossier de la coopérative la Solidarité défendu par Loge m'entraide et sa représentante, Sonia Côté, fait l'objet d'une réflexion de la part des membres de l'organisme. Selon Mme Côté, le maire lui a soumis le 13 janvier une offre à prendre ou à laisser.

Ce projet de Coopérative d'habitation la Solidarité appartient aux militants qui luttent corps et âme depuis quatre ans pour loger dignement douze ménages dans l'arrondissement Jonquière. « Je les ai donc consultés pour savoir ce qu'ils pensaient de l'offre du maire suivi d'un conseil spécial avec les membres du conseil qui ont pris une décision adoptée par voie de résolution », a indiqué Sonia Côté.

Loge m'entraide attend maintenant un retour d'appel du cabinet du maire pour obtenir une date de rencontre avec le premier magistrat pour lui partager la décision du conseil d'administration. Sonia Côté souhaite toutefois que le maire soit flexible. « Quand le maire dit que l'offre est à prendre ou à laisser, il faudra qu'il soit plus flexible à la prochaine rencontre, car Loge m'entraide ne travaille pas avec des numéros, mais avec des personnes humaines fragiles, démunies, sans défense, qui ont aussi droit de parole et de négociation. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer