Décès de l'ex-conseiller municipal Julien Tremblay: un homme de courage

Il y a deux mois, Julien Tremblay (à... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Il y a deux mois, Julien Tremblay (à gauche) lançait sa biographie. Il est photographé en compagnie de Richard Belleville, son biographe.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

C'est aujourd'hui qu'auront lieu à La Baie les funérailles de Julien Tremblay, un ex-conseiller municipal de 1980 à 1988, qui a été également le premier greffé d'un rein originaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Même s'il avait quitté la région depuis une dizaine d'années pour résider à Repentigny, l'homme politique laisse un bon souvenir parmi plusieurs citoyens de La Baie qui l'ont bien connu.

C'est le cas pour l'ex-maire Gérard-Raymond Morin qui, le 28 octobre, a assisté au lancement de la biographie de son ami aujourd'hui disparu. «C'est un homme qui a été éprouvé par la vie de façon incroyable. Lorsque j'ai lu sa biographie, j'éprouvais du plaisir à la lire tout en ayant des sentiments d'admiration, de courage et d'empathie.»

M. Morin rappelle qu'un peu avant les années 80, alors qu'il venait juste de convoler en justes noces et d'emménager dans sa nouvelle maison, M. Tremblay a éprouvé des difficultés rénales nécessitant une greffe.

Une fois hospitalisé dans la région d'Ottawa pour une greffe qui n'a pas fonctionné, il a reçu une transfusion sanguine qui lui a transmis une hépatite à la suite d'une négligence, dont il a su se relever. Vers la fin de sa vie, un diabète a entraîné l'amputation d'une jambe en plus d'être éprouvé par un début de cancer. «En dépit des difficultés, il faisait preuve d'un courage incroyable en plus d'une grande résilience, et ce, toujours avec bonne humeur. Malgré nos divergences en politique, on l'admirait et on l'aimait d'autant plus qu'il était foncièrement honnête et de bonne foi.

M. Morin n'a pas manqué de souligner le courage de son épouse Nicole Gagné, qui, pendant toutes ces années, a supporté M. Tremblay dans les épreuves. «Ça me fait quelque chose de le voir disparaître. S'il y a un paradis au ciel, je pense qu'il est déjà rendu, mais son épouse, même si elle est encore sur terre, a mérité elle aussi le paradis.»

Les funérailles de M. Tremblay ont lieu samedi à 14h à l'église Saint-Alexis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer