À La Passion de Rubie

Alma, refuge de pitbulls pour tout le Québec

L'entreprise Passion de Rubie est devenue la dernière... (Archives La Presse)

Agrandir

L'entreprise Passion de Rubie est devenue la dernière chance de bien des pitbulls du Québec.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Les pitbulls, ces mal-aimés du Québec, ne sont plus acceptés dans bien des régions de la province. Le Saguenay ne fait pas exception. Situé à Alma, dans un secteur où il n'y a pas de restriction sur les races, le refuge La Passion de Rubie est devenu la dernière chance de bien des pitbulls du Québec.

Une page Facebook s'est même créée pour regrouper... (Tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Une page Facebook s'est même créée pour regrouper des bénévoles afin de faire des transports vers Alma de pitbulls de Québec et Montréal risquant l'euthanasie.

Tirée de Facebook

Depuis deux semaines, Rubie Bergeron a créé un partenariat avec Mégane Bigot, une jeune femme de Montréal qui s'est donné la mission de sauver les pitbulls en les plaçant loin des villes qui les bannissent. Une page Facebook (S.O.S transports Montréal/Québec/Alma - Rubie et Protection Pit Bulls) a même été créée pour regrouper des bénévoles afin de faire transporter à Alma des pitbulls de Québec et Montréal qui risquent l'euthanasie.

« On ne veut pas tous les ramasser pour ne pas se retrouver avec des problèmes, mais je me sentais interpellée dans cette cause », explique Rubie Bergeron. Parmi les six pitbulls qu'elle a présentement, certains ont des problématiques, mais ils ne sont pas irrécupérables, selon elle. Sur sa page Facebook, on peut voir que quatre autres pitbulls sont en attente de transport vers Alma.

« C'est vrai que les pitbulls réagissent plus face aux autres animaux, mais rarement envers les humains », poursuit madame Bergeron. Il faut comprendre que cette réactivité, qu'on appelle de la prédation, est une série de comportements qui mènent à tuer. Comme ce comportement ne découle pas de l'éducation, mais bien de la génétique, la seule façon de le gérer est au niveau de l'environnement. Mais il est difficile de placer un chien qui sera dans un environnement ayant un risque zéro de croiser un autre animal. Le refuge La Passion de Rubie, dans lequel Rubie Bergeron investit tout son temps et son argent, compte présentement 34 chiens, dont 25 adultes. 90 % des entrées qu'elle enregistre sont des gros chiens.

Inspecteur

Inquiet face à cette initiative d'accueillir des pitbulls provenant de l'extérieur de la région, le 12 janvier dernier, un inspecteur en urbanisme de la ville d'Alma, accompagné d'un agent de la sûreté du Québec, s'est rendu au refuge La Passion de Rubie situé au 6591 avenue du Pont Nord dans le secteur Saint-Coeur-de-Marie. Ils ont constaté que tout était conforme aux conditions dans lesquels madame Bergeron doit opérer son refuge.

Au Lac-Saint-Jean, aucun secteur n'interdit le pitbull, à part la MRC de Maria-Chapdelaine. Le Refuge Animal de Roberval a donc le droit d'accueillir toutes les races, mais la directrice générale, Annie Côté, avoue que le pitbull demande trois fois plus d'ouvrage quand il débarque dans leurs installations.

« Le pitbull est un chien fort ayant une bonne masse musculaire. Quand il arrive en refuge, il peut maigrir et dépérir rapidement s'il ne bouge pas assez. Il devient alors plus vulnérable pour attraper des maladies. Il a besoin de garder un rythme d'activité quotidienne et il doit être stimulé », confit la directrice du Refuge. Tous les chiens qui entrent au Refuge de Roberval sont évalués et tous les employés sont sensibilisés face au mot d'ordre qui est de ne jamais mettre la population à risque.

« On ne remet jamais en circulation un chien dangereux qui a mordu ou qui a un potentiel de morsure. Évidemment, tout dépend du contexte de la morsure », conclut madame Côté.

Le Refuge des animaux de Chicoutimi et la SPCA Saguenay n'ont pas le droit d'accueillir de pitbulls, car ils doivent faire appliquer le règlement municipal qui interdit les pitbulls et les races hybrides sur le territoire de Saguenay. Quand le Refuge des animaux de Chicoutimi accueille un pitbull, Marc Villeneuve, le propriétaire du Refuge, explique à ses clients que leur chien sera euthanasié.

« Quand je leur dis ça, les gens repartent parfois avec leur chien pour trouver une autre façon de le faire adopter. D'autres décident de me le laisser quand il a de graves problèmes de comportements », explique Marc Villeneuve. À la SPCA Saguenay, quand un pitbull est admis, on l'envoie parfois à La Passion de Rubie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer