• Le Quotidien > 
  • Actualités 
  • > Vote favorable à des moyens de pression chez Desjardins du Saguenay-Lac-Saint-Jean 

Vote favorable à des moyens de pression chez Desjardins du Saguenay-Lac-Saint-Jean

La présidente du Syndicat, Johanne Duchesne, affirme que... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

La présidente du Syndicat, Johanne Duchesne, affirme que l'objectif syndical est d'en arriver à la conclusion d'une convention collective de travail qui permettra aux membres de toucher des augmentations de salaire supérieures à 1,5 % par année.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les 700 membres du Syndicat des salariées de services et professionnelles de Desjardins du Saguenay-Lac-Saint-Jean affilié à la Fédération du commerce de la CSN (SSSPD) ont voté dans une proportion de 97 % le recours à des moyens de pression pour faire débloquer les négociations qui achoppent en ce moment sur les salaires.

Le vote a été tenu dans le cadre d'une assemblée générale qui a eu lieu mardi soir à Alma. Les membres du comité de négociation ont présenté leur rapport au terme de 22 séances de travail avec les représentants de l'employeur. La convention collective prenait fin le 31 décembre 2016 et les négociations ont débuté en janvier 2016.

«Nous avions deux objectifs pour cette assemblée générale. Nous voulions avoir une participation importante, et c'est ce que nous avons réussi, ainsi qu'un vote très élevé pour les moyens de pression et l'employeur le sait.»

La présidente du syndicat, Johanne Duchesne, a tenu à préciser que les relations entre le syndicat et les représentants de Desjardins sont excellentes malgré la décision prise par la direction syndicale de tenir un vote sur des moyens de pression. «Nous avons d'excellentes relations et il ne reste qu'un seul point important à régler pour réussir à obtenir une entente.»

La présidente confirme qu'il y a effectivement toujours cinq points spécifiques sur la table. Elle ajoute que quatre de ces cinq points pourraient se régler très rapidement advenant qu'il y ait un déblocage sur les augmentations de salaire.

Desjardins refuse de dépasser des augmentations supérieures à 1,5 % par année alors que le syndicat considère que ces augmentations sont insuffisantes. La présidente n'a pas fixé l'objectif syndical en matière salariale.

« Si nous parvenons à nous entendre sur la question des salaires, les quatre autres points vont se régler très rapidement. Dans certains cas, puisqu'il y avait un blocage sur les salaires, nous avons simplement cessé d'en parler », a déclaré la présidente.

Les autres points toujours en litige, ou pour lesquels les discussions ont été suspendues, sont le versement de la paye aux deux semaines, la durée de la convention collective de travail, la procédure d'évaluation des salariées et le paiement des soirées thématiques.

Pour ce qui est du dernier point, Johanne Duchesne affirme qu'il ne concerne pas nécessairement toutes les caisses de la région. À titre d'exemple, certaines directions peuvent demander aux salariées d'assister à l'assemblée générale annuelle alors qu'elles ne sont pas rémunérées. Il y a aussi des activités autres, mais la présidente affirme qu'il sera facile de trouver des solutions à ce problème.

L'exécutif syndical dispose donc d'un mandat pour entreprendre des moyens de pression au moment jugé opportun. La présidente a indiqué que le comité de mobilisation allait évaluer les différentes options à sa disposition pour établir les moyens de pression qui seront mis de l'avant si jamais l'employeur refuse de bouger sur la question des salaires.

« Nous sommes dans un milieu professionnel et il faut choisir les bons moyens de pression. Notre objectif fondamental est d'éviter d'en arriver à cette solution et de conclure la négociation à la satisfaction de nos membres », a conclu Johanne Duchesne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer