Rénovation de l'aréna de Roberval: «Minuit moins une», clame Larouche

Guy Larouche... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Guy Larouche

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

La ville de Roberval s'impatiente d'obtenir une réponse de Québec à sa demande de subvention pour la rénovation de l'aréna et assure qu'il s'agit d'un investissement urgent.

«Si on ne la répare pas, on va la fermer! Ça fait 40 ans qu'elle est construite et il n'y a pas eu d'investissements majeurs. Là, il est minuit moins une, il faut une réponse du gouvernement pour planifier les travaux à faire en 2017», a déclaré le maire Guy Larouche lors de la séance publique du conseil municipal.

Bien que le premier ministre Philippe Couillard se soit montré très optimiste que le projet cadre dans le programme d'infrastructure Canada-Québec, le temps presse.

Selon Guy Larouche, la réponse doit survenir en janvier sinon, pour chaque semaine d'attente supplémentaire, les travaux vont empiéter d'une semaine de plus sur la saison automnale 2017. Ce qui obligerait d'avoir des ententes de location de glace avec les villes voisines.

La ville a déjà reporté d'un an cet investissement de plus de 7 M$ qui consiste à agrandir la bâtisse d'un côté. L'entrée sera refaite en y aménageant un escalier pour donner accès aux gradins qui seront avancés vers les bandes. Les nouveaux gradins seront fermés, ce qui permettra de faire de l'entreposage et d'y aménager des chambres. Pour celles existantes, elles seront rénovées. La climatisation, l'isolation et la réfrigération seront refaites.

Pas pour le Junior AA

Le maire Larouche a été piqué au vif par des critiques formulées dans certains médias, affirmant que cette rénovation était seulement pour satisfaire les exigences de l'équipe junior AA dont il est le président. «Je tenais à dire la vérité à ceux qui disent n'importe quoi! On le fait pour les utilisateurs, les équipes de hockey, le hockey scolaire, le patinage de vitesse et le patinage artistique. Si on veut attirer nos jeunes, il faut avoir des infrastructures de qualité. Quand on se compare avec les autres municipalités, on voit bien qu'il faut investir», a-t-il ajouté.

Le maire Larouche ne joue pas à l'autruche et est conscient que le Centre sportif Benoît Lévesque est dans un piteux état.

«Quand on gèle et qu'on n'est pas confortables dans un aréna, ça n'invite pas les gens à assister aux matchs. Et quand on regarde sous les gradins de bois et qu'on voit des trappes à souris et à rats, ça donne encore moins le goût. Ça nous prend une réparation majeure, ce n'est pas un luxe», a-t-il poursuivi.

Le magistrat a indiqué que le taux d'occupation de l'aréna était de 77% les week-ends et de 72% la semaine. Des pourcentages qu'il juge très satisfaisants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer