L'industrie minière bénéfique pour la région

Selon l'Association minière du Québec, la région tire... (Capture d'écran tirée de niobec.com)

Agrandir

Selon l'Association minière du Québec, la région tire profit de l'activité minière de la province même si elle ne compte qu'une seule mine en activité sur son territoire avec la présence de Niobec.

Capture d'écran tirée de niobec.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'industrie minière du Québec génère des retombées économiques de l'ordre de 297,2 millions$ par année au Saguenay-Lac-Saint-Jean avec la création de 2680 emplois et pas moins de 478 entreprises qui offrent des biens et services. La région est la sixième en importance dans ce secteur économique selon le produit intérieur brut généré.

Il s'agit des conclusions d'une étude réalisée par l'Association minière du Québec à partir des chiffres obtenus par les auteurs pour l'année 2014. L'association avait réalisé pour l'occasion deux sondages qui portaient spécifiquement sur l'emploi et les retombées économiques dans les différentes régions.

Selon l'association, la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean tire profit de l'activité minière du Québec même si elle ne compte qu'une seule mine en activité sur son territoire avec la présence de Niobec. Elle exploite donc au maximum sa proximité avec les grandes régions minières que sont la Côte-Nord et l'Abitibi.

Les régions de l'Abitibi et de la Côte-Nord affichent des PIB respectifs de 2,6 G$ et 1,3 G$ pour occuper les première et seconde places pour les retombées de l'industrie minière au Québec. Sur les 45 563 emplois générés par l'industrie québécoise, ces deux régions en comptent près de 4000.

«Les retombées sont impressionnantes et elles le seront davantage lorsque le secteur minier reprendra de sa vigueur et que de nouveaux projets verront le jour. D'Ici là, il importe de mettre en place les conditions qui permettront au Québec d'être fin prêt lorsque les marchés reprendront», a déclaré Josée Méthot, présidente-directrice générale de l'Association minière du Québec.

La présidente cite en exemple Arianne Phosphate comme étant un projet appelé à générer des retombées économiques pour la région. Il faut noter que la construction de la mine de diamant Stornoway sur les monts Otish a quant à elle soulevé la colère des grands fournisseurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui ont vu les entreprises de l'Abitibi profiter des retombées de la construction de cette mine réalisée grâce à la participation financière du gouvernement du Québec.

Les chiffres sur la création d'emplois diminuent de façon significative lorsque les auteurs isolent les activités d'exploration et d'exploitation. Pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, les auteurs de l'étude estiment que ces deux activités permettent de créer 665 emplois directs, 450 indirects et 293 induits pour 1408 emplois au total. Au Québec, l'industrie permet de créer dans ces deux secteurs 30 000 emplois. Pour bien mesurer l'importance du secteur, il faut rappeler que l'industrie forestière génère 65 000 emplois au Québec.

La présidente Josée Méthot explique que la réalisation de cette étude a permis à l'association de faire l'agréable découverte que la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean tirait grandement son épingle du jeu au chapitre des retombées économiques de l'industrie minière. Elle note aussi que lorsque l'industrie minière se porte bien, ce sont plusieurs régions du Québec qui en tirent profit.

En ce qui concerne 2017, Josée Méthot identifie des signes intéressants pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle rappelle que le prix du fer a doublé pour atteindre les 74$ la tonne. C'est encore loin des 180$ de 2012, indique la présidente, mais c'est mieux que les 490$ enregistrés au creux de la vague. Elle compte aussi sur l'effet «Trump», puisque le président américain a indiqué en campagne qu'il fallait investir dans la modernisation des infrastructures. L'année 2016 a aussi été marquée par des signes positifs au chapitre de l'exploration minière. Des projets sont également actifs dans la région de l'Abitibi puisque le prix de l'or se maintient et attire toujours les investisseurs.

«On sait que les investissements sont plus rares. Dans un tel contexte, l'association travaille avec le gouvernement du Québec pour convaincre les investisseurs de venir ici.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer