Bilan positif pour la période des Fêtes

La directrice générale de Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean, Carole Simard,... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

La directrice générale de Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean, Carole Simard, trace un bilan positif de la période des Fêtes et de l'exercice 2015-2016.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'entrepôt de Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean déborde. Encore une fois, la générosité de la population pendant la période des Fêtes a charmé l'organisme, qui demeure toutefois confronté à plusieurs défis, notamment la diversification des denrées et la constance des dons.

En décembre, Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean a reçu 1552 kilos de denrées, si bien que l'entrepôt de l'organisme dépasse sa capacité maximale d'entreposage et que les bénévoles ont de la « broue » dans le toupet.

Le Quotidien s'est rendu dans les locaux de Chicoutimi de l'organisme, mercredi. Sa directrice générale, Carole Simard, a tracé à la fois le bilan de la période des Fêtes ainsi que celui de l'exercice 2015-2016, alors qu'une trentaine de bénévoles triaient les denrées reçues dans les dernières semaines.

« Les gens sont généreux à Noël, ça, oui! En décembre, on a eu environ cinq fois plus de dons que les autres mois. Mais en février ou en mars, ces denrées seront épuisées. C'est un grand défi de s'assurer d'avoir des dons plus constants, à l'année », commente Mme Simard.

Par exemple, cet été, l'entrepôt était utilisé à environ 33 % de sa capacité, note Carole Simard.

Cette année, la Grande guignolée des médias a profité à l'organisme. Quelque 950 kilos de plus ont été amassés, comparativement à 2015, selon les données préliminaires. L'entreprise Jean Coutu s'est notamment ajoutée aux donateurs.

Les résultats liés à la présence de bénévoles en épicerie ne sont toutefois pas encore comptabilisés. « On a eu 431 bénévoles dans la région, comparativement à 255 l'an dernier. Les résultats seront donc encore meilleurs », s'enthousiasme Mme Simard.

Défis

En plus de favoriser une collecte annuelle plus constante, Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean cible trois autres défis majeurs pour 2017.

D'abord, l'organisme souhaite agrandir son entrepôt, et au premier chef, ses surfaces de congélation. « Il est fréquent que notre congélateur soit rempli. On doit alors refuser des denrées, ce qui est crève-coeur. On a même loué de l'espace de congélation pour la période des Fêtes », fait valoir Carole Simard, qui est en poste depuis quatre ans.

Aussi, Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui compte 73 organismes bénéficiaires, espère trouver de nouveaux fournisseurs. Un projet a d'ailleurs été mis sur pied en collaboration avec l'organisme environnemental Eurêko! et la Direction de la santé publique. Une étude sera menée « pour explorer de nouvelles avenues afin d'aller chercher des aliments de qualité, en quantité et diversifiés, par exemple auprès des producteurs agricoles ».

Enfin, la banque alimentaire, qui dispose d'un noyau fort de bénévoles, veut sensibiliser la population et les donateurs privés sur l'importance de la diversification des denrées. « Un organisme n'a pas besoin de 100 pots de beurre d'arachides. Ce qui nous manque le plus, c'est du saumon en canne, des pâtes alimentaires, du riz, de la farine et du sucre, mais aussi des produits d'hygiène comme des couches », énumère Mme Simard.

Bilan annuel

Pour le bilan annuel 2015-2016, qui couvre la période du 1er avril au 31 mars, Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean a enregistré une hausse de quelque 120 000 kilos de denrées, comparativement à l'exercice précédent, avec 701 200 kilos. Les dons du public sont notamment passés de 3892 kilos à 5536 kilos. Les contributions des entreprises, des producteurs maraîchers régionaux et du réseau des banques alimentaires ont toutes connu une hausse.

Par ailleurs, en 2015-2016, le taux de redistribution a atteint 81 %, un résultat semblable à ceux des dernières années. Ainsi, 19 % des denrées ont été rejetées.

Des bénévoles diplômés

En 2016, Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean a mis sur pied, en collaboration avec la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, des plateaux de travail permettant à ses bénévoles d'obtenir des diplômes de métier semi-spécialisé en travail d'entrepôt ou en livraison. Et la directrice générale de l'organisme, Carole Simard, trace un bilan positif de cette initiative.

« C'est nouveau de cette année. Quand les bénévoles ont complété 475 heures sur une période donnée, ils peuvent obtenir un diplôme. Ils acquièrent des connaissances et des compétences. Ça favorise l'accès au milieu du travail. On espère que nos deux premiers candidats vont réussir à se placer. Ce sont des jeunes dynamiques et compétents », a commenté Mme Simard.

D'autres initiatives semblables ont déjà connu des succès chez Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean. « On a accueilli un jeune de 18 ans par le programme SPHERE-Québec. Il avait des problématiques assez lourdes et on a travaillé vraiment fort ensemble. Il travaille maintenant dans l'entrepôt chez Costco et est vraiment heureux. Aussi, notre adjointe à l'entrepôt a commencé comme bénévole ici. C'était une jeune femme timide », cite en exemple Carole Simard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer