Prudence en motoneige

Le président du Club de motoneigistes du Saguenay,... (Photo Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

Le président du Club de motoneigistes du Saguenay, Jules Tremblay, exhorte les amateurs de cette activité à faire preuve de prudence pour éviter les accidents malheureux.

Photo Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le président du Club de motoneigistes du Saguenay, Jules Tremblay, exhorte les amateurs de motoneige à faire preuve de prudence lorsqu'ils pratiquent leur activité, pour éviter les accidents comme ceux qui ont coûté à la vie à deux personnes dans les dernières semaines.

«Il y a eu une noyade et un accident mortel, ce n'est pas normal. Les motoneigistes devraient être plus prudents. Il y en a qui vont vite dans les sentiers ou d'autres qui ne tiennent pas leur droite, par exemple», déplore M. Tremblay.

Il mentionne entre autres que les personnes circulant le soir, lorsqu'il fait froid, devraient respecter les limites de vitesse. «Lorsqu'il fait -15 ou -20 degrés Celsius, la personne qui est à l'arrière est comme dans un brouillard, alors elle voit moins bien le sentier. Il faut éviter ces situations, en laissant une distance plus grande entre les motoneiges et en ralentissant pour être certain de bien voir», mentionne-t-il.

Par ailleurs, il demande aux amateurs de patienter encore une semaine ou deux avant de s'aventurer sur les plans d'eau qui ne sont pas balisés. «On ne doit pas circuler sur le bord des lacs, car il y a un risque qu'il y ait un trou chaud, et c'est très dangereux. Il faut rester là où c'est tapé et bien identifié, et éviter la "slush". Tout le monde doit faire preuve d'une grande prudence», conseille-t-il. M. Tremblay ajoute que les sentiers et les balises sont là pour une bonne raison, et les motoneigistes gagneraient à les respecter.

«C'est toujours le premier motoneigiste, celui qui est en avant, qui est responsable de ses actes. C'est à lui d'éviter de se rendre sur les terrains des agriculteurs sur lesquels il n'y a pas de sentier et d'éviter de briser ceux sur lesquels il peut passer. Il faut suivre le code de la motoneige», croit Jules Tremblay.

Les agriculteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont une entente avec les clubs de motoneige de la région, qui leur versent un certain dédommagement afin de pouvoir faire passer les sentiers sur leurs terres. Toutefois, ce n'est pas parce qu'il y a compensation que les motoneigistes ont le droit de faire ce qu'ils veulent et de détruire des terrains, rappelle M. Tremblay

«Partout dans la province, si les gens respectent les sentiers, il ne devrait pas y avoir de problème. Ils sont créés pour être sécuritaires à 90%», conclut le président du club.

Pendant le mois de janvier, le Club de motoneigistes du Saguenay tiendra une fin de semaine portes ouvertes pour ceux qui voudraient essayer la motoneige. Les gens pourront circuler dans les sentiers identifiés sans nécessairement avoir d'autorisation autre qu'une vignette de droits d'accès qu'ils peuvent aller chercher sur le site du club. La surveillance sera accrue, grâce à une trentaine de bén

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer