2016: l'année des gros dossiers juridiques

Yves Martin... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Yves Martin

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'année 2016 aura été fertile en émotions et en décisions judiciaires. Comme les autres années? Pas tout à fait. Les palais de justice de Chicoutimi, d'Alma et de Roberval ont regorgé de dossiers majeurs. Il y aura eu malheureusement de tout. Des accidents mortels dus à l'alcool à un meurtre, en passant par des agressions sexuelles, des policiers dans l'eau chaude, des fraudes de médecins et un chien abattu en légitime défense. Le Quotidien résume en quelques capsules, publiées aujourd'hui et demain, les moments marquants des 12 derniers mois.

Sentence d'Yves Martin

Le chauffard de Laterrière, Yves Martin, doit encore patienter avant de connaître le nombre d'années qu'il devra passer derrière les barreaux. Le juge François Huot, de la Cour supérieure du Québec, avait prévu rendre la peine le 20 décembre, mais a reporté la sentence au 26 janvier, car il n'avait pas terminé sa réflexion. Martin, qui aura 37 ans en janvier, a été reconnu coupable, par un jury de huit hommes et quatre femmes, de conduite dangereuse, de conduite avec les facultés affaiblies et de conduite avec un taux de plus de 80 milligrammes d'alcool par 100 millilitres de sang causant la mort.

Dans cet accident survenu le 1er août 2015, Mathieu Perron, Vanessa Tremblay-Viger et leur garçon Patrick ont été tués par la camionnette conduite par Martin dans le rang Saint-Paul, à Laferrière.

Au terme d'un procès de six semaines, les verdicts de culpabilité ont été unanimes. Les jurés n'ont vraisemblablement pas cru la version de l'accusé, qui disait que c'est la voiture des victimes qui était arrivée devant lui et qu'il n'avait pu les éviter.

Au surplus, le client de Me Jean-Marc Fradette était en état d'ébriété (.179) plus de deux heures et trente minutes après l'impact et a conduit son camion Dodge Ram 1500 de façon dangereuse dans le rang sinueux et vallonneux.

Prison à vie pour Asselin

Le Dolmissois David Asselin a plaidé coupable à une accusation de meurtre au deuxième degré de M. Gilles Samson et a été condamné à la prison à vie sans aucune possibilité de libération avant 15 ans.

L'événement est survenu le 27 janvier 2016. Asselin avait battu à mort sa victime dans le couloir de la maison de chambres qu'ils habitaient au centre-ville de Dolbeau-Mistassini.

Le juge François Huot, de la Cour supérieure du Québec, avait entériné la suggestion commune, mais avait eu des commentaires très durs à l'endroit du jeune meurtrier.

Il l'avait notamment traité de jaune, étant donné qu'il s'était acharné en ruant de coups de pied et de poing une victime de plus de 60 ans sans défense. Il a terminé sa rage en assenant des coups de couteau dans le dos de la victime afin de s'assurer qu'elle était bien morte.

Asselin avait fait croire à des jeunes qu'il avait appelé la police pour leur dire qu'un homme était en mauvais état, mais il a été démontré que ce n'était pas le cas. Il avait menacé des jeunes de leur faire la peau s'il disait quoi que ce soit à la police, que s'il en avait tué un, il était en mesure d'en passer un ou deux autres.

Deux meurtres

Les meurtres d'une femme et d'un homme auront suscité la compassion et les commentaires en 2016.

Au printemps dernier, Luc Hamel, un homme de Chicoutimi aurait tué Sandra Fortin, une adepte de tai-chi et employée du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida. Hamel aurait utilisé une arme blanche pour assassiner la mère de famille. Il est accusé de meurtre au premier degré et son procès pourrait avoir lieu au printemps.

Également, il y a peu de temps, Israël Gauthier-Nepton a été tué d'une balle dans le dos sur la rue du Vieux-Pont, à Jonquière. Les policiers de la Sûreté du Québec cherchent toujours le présumé assassin, Marc-Étienne Côté.

Trois individus abattus

Entre mars et juillet 2016, trois individus ont été abattus par les policiers de la Sécurité publique de Saguenay et de la Sûreté du Québec. Le 18 mars à Chicoutimi, un homme de 44 ans, Jean Roussel, s'était montré menaçant et les agents n'ont pas eu d'autre choix que de tirer sur l'individu qui fonçait sur eux. Deux jours plus tard, à Dolbeau-Mistassini, les agents de la SQ ont dû agir de la même manière avec Dave Tremblay. Celui-ci venait de commettre une introduction par effraction et avait pris la fuite. Il y a même eu une altercation avec un policier. Des coups de feu ont été échangés et l'homme a été atteint mortellement.

En juillet, Simon Simard, qui était désorganisé, a tenu les policiers en haleine pendant plusieurs heures.

Il menaçait de faire exploser une bonbonne de propane à son appartement de la rue Saint-Germain, à Jonquière. Les agents ont dû faire feu pour mettre un terme à la menace.

Policier acquitté

Le service de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) a retenu l'attention en 2016, mais pas nécessairement pour les bonnes raisons. L'agent Dany Harvey a été acquitté d'une accusation de voies de fait sur un mineur, événement survenu en dehors de ses heures de travail. Au terme d'un procès de quelques jours, le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, a cru la version du policier.

Par contre, Dany Harvey n'a toujours pas réintégré son travail après deux années de suspension. La SPS a dû lui rembourser totalement le salaire perdu durant cette période. Mais l'État-major poursuit son enquête interne (confiée à la SQ) sur les agissements de Dany Harvey et sur le fait qu'il aurait entaché la réputation du corps policier.

Par ailleurs, l'agent Philippe Lajoie est accusé d'avoir utilisé une force plus que nécessaire pour maîtriser un individu en état d'ébriété.

Un autre policier est sous enquête pour des gestes commis lors de l'arrestation du récidiviste Michaël Dallaire.

Enfin, un quatrième policier se trouve, lui aussi, sous enquête pour une accusation d'agression sexuelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer