Pascale Pilote-Harvey vit son rêve en haute mer

Pascale patine sur la pièce Black Magic Woman... (Photo courtoisie)

Agrandir

Pascale patine sur la pièce Black Magic Woman de Carlos Santana. Son numéro est un semi-couple.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

L'Almatoise Pascale Pilote-Harvey voit du pays. Elle vit un véritable rêve, tout en travaillant. Âgée de 19 ans, la patineuse professionnelle s'est déniché un boulot sur le Navigator Of The Seas, un immense bateau de croisière appartenant à la compagnie Royal Caribbean International. Depuis cinq mois, elle voyage de continent en continent.

En mer et accompagnée de son copain, elle présente des spectacles devant les passagers du navire qui est trois fois plus gros que le Titanic. La jeune femme offre de cinq à six spectacles de patinage artistique par semaine. Son périple prendra fin en février. Il lui arrive parfois de rencontrer des gens de la région. Sur le bateau, l'équipe de patineurs compte une dizaine de personnes.

Durant ses temps libres, Pascale Pilote-Harvey effectue des entraînements et travaille dans l'aréna du bateau. Mais elle découvre aussi le monde qui est à sa portée.

«Les spectacles sont toujours lors des journées en mer. Quand nous sommes au port, j'ai la chance de visiter des pays. Les trois premiers mois, j'étais en Europe. Je suis présentement dans les Caraïbes et j'y serai jusqu'à la fin de mon contrat. J'ai eu la chance de visiter de grandes villes comme Rome, Paris, Barcelone et bien plus. J'ai visité 15 pays», raconte la jeune femme.

Pascale patine sur la pièce Black Magic Woman de Carlos Santana. Son numéro est un semi-couple. Sur le bateau Royal Caribbean International, la patinoire est plus petite que celle d'un aréna conventionnel. Elle dit s'être adaptée rapidement à cette réalité différente. Les cinq derniers mois, elle ne les a pas vus passer. Elle savoure chaque moment de cette aventure.

«C'est vraiment une expérience inoubliable. Je ne regrette pas ma décision de travailler pour Royal Carribean. Le plus difficile, c'est de ne pas être près de ma famille. Ce sera mon premier Noël loin d'eux et ça me rend un peu triste. Cependant, nous allons nous réunir lorsque je reviendrai. Je suis avec mon copain et j'ai aussi les autres patineurs avec qui je fêterai. Nous sommes très proches, car nous sommes toujours ensemble», poursuit-elle.

Pascale Pilote-Harvey n'écarte pas la possibilité de plonger à nouveau dans l'aventure des croisières si une telle occasion se présentait à nouveau.

«Je fais ce que j'aime en travaillant et je peux me ramasser des sous pour mes études. Je commence à avoir hâte de revenir à la maison, mais c'est certain que je vais m'ennuyer d'ici aussi. Peut-être que je repartirai sur un autre bateau, mais je ne sais pas encore.»

Lors de son retour dans la région, la patineuse artistique aimerait bien compléter sa formation d'entraîneur afin d'avoir la chance de transmettre son expérience à de jeunes patineurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer