Les agriculteurs manifestent à Saint-Félicien

Les agriculteurs de la région ont manifesté leur mécontentement face à... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Les agriculteurs de la région ont manifesté leur mécontentement face à l'attitude du gouvernement. Ils réclament un moratoire d'un an sur la réforme du crédit de taxe foncière.

Ils étaient près de 200 agriculteurs devant l'hôtel de ville de Saint-Félicien à espérer que le député de Roberval et premier ministre entende leur message et viennent les rencontrer, mais Philippe Couillard n'était pas présent.

La hausse de la valeur des terres agricoles au Saguenay-Lac-Saint-Jean est de 32 %, ce qui représente une augmentation de 800 $ du compte de taxes. Jumelés à la réduction de 85 % à 78 % du crédit de taxe et l'abolition totale pour les taxes scolaires, les agriculteurs devront débourser beaucoup plus chaque année.

« Sa réforme, elle ne passe pas ! Il [le ministre Pierre Paradis] nous a mis ça dans la gorge et on n'a jamais été consultés. C'est une réforme injustifiée et on réclame un moratoire d'un an, le temps qu'on puisse discuter. Selon le ministre Paradis, on n'a pas le droit de se plaindre alors que le budget du ministère de l'Agriculture a été coupé de 35 % lors du dernier budget. Ça, il a oublié de le dire », a déclaré le président régional de l'Union des producteurs agricoles (UPA), Mario Théberge.

Les agriculteurs avaient envahi le boulevard Sacré-Coeur avec des tracteurs pour signifier leur ras-le-bol. Par contre, ils ont spécifié qu'ils réalisaient une manifestation pacifique pour démontrer leur bonne foi à négocier avec le gouvernement.

Les préfets des MRC étaient aussi présents. Ils ont signifié qu'une résolution sera adoptée pour demander au gouvernement de suspendre sa décision d'une année. « L'agriculture est aussi importante que la foresterie dans la région. Il ne faudrait pas subir une crise aussi dans ce domaine », a mentionné Jean-Pierre Boivin.

Le conseiller de Saguenay et propriétaire de la Fromagerie Boivin, Luc Boivin, a déploré l'attitude du gouvernement. « Pour Saguenay et toute la région, l'agriculture, c'est une richesse. Il ne faut pas appauvrir davantage ce secteur d'activité. »

Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, et des... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 4.0

Agrandir

Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, et des producteurs agricoles demandent la démission du ministre Pierre Paradis.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Démission réclamée

Le député péquiste de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, a demandé le départ du ministre Pierre Paradis. « Ce n'est pas compliqué à calculer cette réforme. On cherche à faire payer les agriculteurs pour l'austérité du gouvernement libéral. On est ici pour vous appuyer, mais aussi pour réclamer un nouveau ministre de l'Agriculture. Un ministre qui croit aux agriculteurs ! Je n'ai jamais vu un ministre aussi déconnecté des gens. Il est supposé vous défendre et il vous fait plutôt la guerre », s'est-il exclamé, au grand plaisir des personnes présentes.

Le qualificatif de multimillionnaire mentionné par Pierre Paradis a été la goutte qui a fait déborder le vase, la semaine dernière. « C'est scandaleux ! Les multimillionnaires, ils vont traire leur vache à Noël et au jour de l'An. Il faut être déconnecté pour dire une affaire aussi insultante », a lancé un producteur.

Mario Théberge... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 5.0

Agrandir

Mario Théberge

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

L'accès aux sentiers ne sera pas bloqué

Les agriculteurs de la région ne bloqueront pas l'accès aux sentiers de motoneige qui passent sur leurs terres.

Bien que ce mouvement soit initié ailleurs dans la province, les agriculteurs tenaient à respecter leur entente et à ne pas tenir les motoneigistes en otage. « On a dit non ! On a dit au club qu'on allait respecter notre parole. On va respecter notre signature. Les autres régions vont annoncer qu'ils vont fermer l'accès aux sentiers pour mettre de la pression. Nous, on a voulu faire autrement en tenant une manifestation pacifique », a déclaré le président régional de l'UPA, Mario Théberge.

D'ailleurs, des représentants des clubs de motoneige étaient présents à la manifestation. « On appuie l'UPA dans sa demande de reporter d'un an les modifications proposées, le temps de convenir d'une entente convenable et négociée entre les parties », a donné comme appui le représentant de la Fédération des motoneigistes, Gaston Fortin. Une dizaine de motoneigistes s'étaient aussi déplacés en guise de solidarité.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer