Du gin aux accents boréals

Serge et Jean-Philippe Bouchard, respectivement président et associé... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Serge et Jean-Philippe Bouchard, respectivement président et associé de la Distillerie du fjord, de Saint-David-de-Falardeau, ont fait connaître leur intention de produire un gin fin comprenant des effluves provenant d'épices de la forêt boréale.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

À compter du printemps prochain, les amateurs de bon gin seront en mesure de déguster un produit aux accents boréals typiquement saguenéen avec la mise en production de la Distillerie du Fjord. La première microdistillerie fondée au Saguenay-Lac-Saint-Jean a pignon sur rue aux pieds des monts Valin, le long de la route Price, à Saint-David-de-Falardeau.

Mercredi matin, Jean-Philippe Bouchard, président de la distillerie, accompagné de son père, Serge Bouchard, auquel est associé également son frère Benoît, ont présenté à la presse leur petite installation toute neuve qui comprend pour le moment deux alambics des capacités de production de 100 et 40 litres de gin.

Des «tripeux»

En entrevue, Jean-Philippe explique que lui et son frère sont des «tripeux» s'intéressant à toutes sortes de sujets.

«Il y a deux ans, j'ai trouvé chez moi une vieille boîte de chimie. On s'est dit "on va faire du gin" et c'est comme ça qu'on a commencé à s'intéresser à la production», raconte-t-il, bien installé devant ses alambics rutilants.

Détenteur d'une maîtrise en gestion des organisations et oeuvrant dans le domaine bancaire, M. Bouchard suit une formation en distillerie dans l'Ouest canadien sur la production du gin, contribuant à développer davantage son engouement.

Le père, quant à lui, un ingénieur à la retraite, ex-patron d'Énergie électrique Québec qui possède des compétences dans les méthodes de procédés, s'intéresse au projet de ses fils.

«Mon plan était de faire du bénévolat en santé et sécurité. Depuis plusieurs années, je fabrique mon vin. J'ai conseillé à mes fils de suivre des cours en distillation étant donné une certaine recrudescence parmi la population pour ce type d'alcool.»

Recette

Les deux associés expliquent que la fabrication d'un gin s'effectue selon une recette de base qui comprend 50% d'alcool, de l'eau pure et du genévrier qui sont redistillés par chauffage à 78 degrés Celsius, ce qui donne un alcool à 80 degrés.

Le développement d'un gin fin au goût unique de la Distillerie du Fjord reposera sur la base d'une recette secrète comprenant des épices cueillies selon des normes sévères provenant de la forêt boréale du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Certaines de ces épices sont cueillies en hiver un an avant leur utilisation.

«Notre défi consiste à utiliser des herbes boréales selon une recette secrète comme le myrique baumier, le poivre des dunes, de jeunes pousses de sapin et 40 autres herbes que l'on peut incorporer», explique Serge Bouchard.

Du travail est réalisé avec la collaboration de l'expert en épices boréales Fabien Girard, de Girardville, pour le développement des recettes.

Contrôles

Même si Distillerie du Fjord possède ses permis de la Régie des alcools du Québec, il n'en demeure que l'entreprise doit se plier à toute une série de contrôles et analyses afin de s'assurer de la qualité et des propriétés sécuritaires des produits qui seront mis en marché.

«Lorsque nous aurons franchi cette étape, notre intention est de produire deux saveurs de gin différentes pour un volume de 40 000 bouteilles annuellement avec trois alambics», explique Jean-Philippe.

Pour ce qui est du nom commercial du nouveau gin aux saveurs boréales, il est encore trop tôt pour le lancer. Les prix de vente sur les tablettes de la SAQ devraient tourner aux environs de 40$ pour une bouteille de 26 onces.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer