Des citoyens exaspérés

Des citoyens, qui n'en peuvent plus de la «pollution visuelle et sonore»... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des citoyens, qui n'en peuvent plus de la «pollution visuelle et sonore» engendrée par les activités industrielles près de leur résidence, s'opposent à une demande de projet au conseil d'arrondissement de Jonquière pour permettre à l'entreprise d'excavation Claveau et fils d'agrandir ses bureaux administratifs sur le boulevard du Saguenay.

Une dizaine de personnes étaient présentes, mardi, à la salle Pierrette-Gaudreault, pour suivre l'étape de la consultation publique. Devant le mécontentement, les conseillers municipaux ont décidé de différer l'adoption du deuxième projet de résolution le mois prochain. Ce dernier régulariserait les activités de la compagnie Claveau et fils, qui opère déjà par droit acquis dans ce secteur résidentiel de Kénogami et qui emploie près de 100 travailleurs.

«C'est très bruyant, au point qu'il faudrait presque déclarer un vice caché si on vendait la maison, dans ce coin qui paraît pourtant si paisible. La qualité de vie des citoyens qui paient des taxes doit être prise en considération», soutient une propriétaire de la rue Bourrassa, France Gilbert. Son concitoyen Noël Chevrier déplore le bruit occasionné par les camions à des heures «impossibles».

Le président de la compagnie, Éric Claveau, a tenu à rassurer la population. «En 2016, je pense qu'on est capable de se parler. J'ai rencontré d'autres personnes du quartier et on voit ce qui peut être fait comme amélioration, comme un mur coupe-son. Là, on voudrait carrément que je déménage dans le parc industriel, ce qui n'est pas possible financièrement. S'il y a trop d'obstruction, la situation va juste rester pareille.»

La décision du conseil de Jonquière n'est toujours pas arrêtée. «On ne peut pas empêcher l'entreprise de faire ce qu'elle fait déjà, on peut juste l'empêcher d'agrandir. Normalement, le conseil est favorable à de telles demandes, mais il faut prendre en compte l'intérêt des résidants alentour», affirme le président d'arrondissement, Carl Dufour.

Saint-Jean-Vianney

Le conseil d'arrondissement a accepté une modification du règlement de zonage dans le secteur de Saint-Jean-Vianney connu comme le «trou de bouette». Des amateurs s'y rassemblent pour circuler avec des véhicules récréatifs, notamment. Les activités sur circuit seront dorénavant permises, mais devront être encadrées, précise M. Dufour.

Bernard Noël

Le conseiller municipal Bernard Noël était toujours absent, mardi soir. Son collègue Claude Tremblay a indiqué qu'il se rétablissait d'une opération au dos. Un citoyen a demandé si le conseil d'arrondissement allait exiger le remboursement des frais d'avocat, étant donné que M. Noël a admis sa responsabilité dans le dossier du voyage à Nice avec une subvention de Promotion Saguenay, devant la Commission municipale du Québec en avril dernier. Il n'a pas reçu de réponse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer