Quand l'église change de vocation

De nombreux intervenants ont travaillé à la concrétisation... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

De nombreux intervenants ont travaillé à la concrétisation de ce projet de conversion de l'église. Ils étaient très heureux de le rendre maintenant accessible à la population.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

La conversion de l'église de Saint-Stanislas en centre multifonctionnel doté d'un mur d'escalade est une réussite à couper le souffle.

Le mur d'escalade est la pièce maîtresse de... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 1.0

Agrandir

Le mur d'escalade est la pièce maîtresse de ce centre multiservice. Comme il est de calibre professionnel, la municipalité espère attirer beaucoup d'adeptes et initier les jeunes de partout dans la région.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Le projet du maire Mario Biron et la détermination d'une petite communauté de 380 personnes démontrent qu'il est possible de réaliser de grandes choses. Le lieu de culte a une tout autre allure avec un mur d'escalade de 30 pieds dans la nef, une section cinéma dans le jubé et un restaurant en son centre. «Je suis heureux de découvrir que ça demeure l'âme de Saint-Stanislas. Cette nouvelle vocation va aider à maintenir la santé spirituelle sous une autre forme», a lancé, accroché au mur d'escalade, l'abbé André Boudreault.

Ce projet initié il y a plus de trois ans a connu son aboutissement, mardi, avec son inauguration. Le centre «Au clocher» regroupe différents services: un restaurant de 40 places, un centre d'escalade professionnel, un centre de conditionnement physique, une salle d'accueil pour les camps de jour, la bibliothèque municipale, une salle de projection et bientôt un comptoir solidaire d'alimentation. Un investissement de 450 000$.

«J'ai dit "c'est tout ou pantoute". On va faire le projet en entier. Les gens de la communauté se sont impliqués et sont restés motivés, malgré les embûches. Le financement a été long à attacher. Aujourd'hui, nous sommes fiers d'offrir ce lieu rassembleur à la communauté où l'on retrouve des services de proximité», a mentionné le maire Biron.

À voir la beauté des lieux et les possibilités touristiques liées à la présence d'un mur d'escalade de niveau professionnel, Mario Biron a souligné l'importance de maintenir les églises ouvertes. «Il est plus qu'inspirant de recycler ces cathédrales d'un autre temps qui trônent au centre de nos villages. Notre projet pourrait servir de modèle pour d'autres conversions d'église», a-t-il ajouté.

La responsable de la Fabrique, Mariette Rousseau, a démontré sa fierté envers ce projet. «Notre église a été construite en 1931. Elle a 85 ans aujourd'hui et est revitalisée pour s'adapter aux besoins de la communauté. Son avenir est assuré», a-t-elle témoigné.

De nombreux partenaires ont aidé au financement du projet. Le maire Biron a tenu particulièrement à saluer l'implication des Jardins forestiers de Saint-Stanislas qui a cru dès le départ au projet. Grâce à la coupe forestière, cette corporation soutient des projets dans la localité.

L'abbé André Boudreault a démontré du courage en... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 2.0

Agrandir

L'abbé André Boudreault a démontré du courage en grimpant sur la paroi afin de procéder à la bénédiction des lieux.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Un projet porteur

Après le kayak et le rafting en eaux vives, Saint-Stanislas pourrait se démarquer avec son mur d'escalade unique en région.

Le maire Mario Biron croit énormément au potentiel touristique de cette initiative. «Quand Louise Richer du CLD nous a soumis cette idée folle, on s'est dit pourquoi pas? Et là on constate à quel point c'est porteur», a-t-il mentionné.

Le mur d'escalade est composé de sept cordes avec 21 parcours différents. Les débutants comme les grimpeurs aguerris vont y trouver leur compte. «Les jeunes de 5 à 90 ans pourront s'initier à ce sport accessible. Si vous montez dans une échelle, vous pouvez faire de l'escalade», a mentionné le directeur des opérations, Pascal Ouellette.

Ce dernier mentionne qu'il s'agit du seul mur de calibre professionnel dans la région, «ce qui devrait nous permettre d'attirer des grimpeurs de la région et d'ailleurs en province qui veulent relever de nouveaux défis», a-t-il souligné.

Des animateurs accrédités sont sur place pour montrer aux gens à escalader la paroi en toute sécurité. Différents forfaits sont proposés.

Pour plus d'information: www.escaladehautclocher.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer