Décontamination du terrain de Novelis: «On va être vigilants»

L'Usine Novelis à Jonquière a fermé ses portes... (Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'Usine Novelis à Jonquière a fermé ses portes en 2012.

Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le président de l'arrondissement de Jonquière, Carl Dufour, a été surpris d'apprendre que le sol de l'ancienne Usine Novelis présente un volume de 2173 mètres cubes de contaminants. « On va être vigilants pour s'assurer que la décontamination soit faite le plus rapidement possible. On va poser des questions au ministère de l'Environnement », assure-t-il.

Dans Le Progrès-Dimanche, on apprenait que des BPC, des hydrocarbures pétroliers, des métaux et des HAP, en outre, contaminent le terrain de la rue Fay. Novelis a fermé son usine arvidienne en 2012, plus de 155 travailleurs perdant leur emploi.

« Concernant la santé et la sécurité des citoyens, ce que dit M. Claude Villeneuve est rassurant. Il apaise les craintes », constate Carl Dufour. Le directeur de la Chaire en écoconseil de l'UQAC soutient que vivre à proximité du site est plus ou moins inquiétant. « Disons que c'est comme traverser une discothèque en 1995!», affirmait-il dans l'édition dominicale.

Relance de l'usine

Le député Sylvain Gaudreault affirme que la priorité doit être de « trouver un repreneur». «L'objectif n'est pas de se retrouver avec un terrain comme celui de l'ancienne usine à Port-Alfred. J'aime bien les parcs, mais on a besoin d'industries, d'emplois à Jonquière. Il faut que cette usine soit relancée. Nous n'avons par contre pas d'indications à l'effet qu'il y aura un repreneur bientôt, mais Novelis continue de surveiller l'usine et de l'entretenir. Elle est donc encore intéressante. Le moment venu, si ce n'est pas déjà fait par Novelis, on s'assurerait que la compagnie qui reprendrait contrôlerait la contamination. Il faut protéger la santé et la sécurité des habitants du secteur, c'est certain.»

Selon nos informations, trois entrepreneurs de la région se sont déjà montrés intéressés par l'achat de l'usine, mais Novelis ne voulait pas vendre. Des rumeurs persistantes continuent voulant que Rio Tinto pourrait racheter.

Novelis a fait parvenir un plan de réhabilitation du site au ministère le 20 septembre dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer