Un multirécidiviste derrière les barreaux

Claude Cayouette... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Claude Cayouette

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir bénéficié de quelques semaines de liberté pour mieux préparer sa détention, Claude Cayouette, de la rue Beauvoir à Chicoutimi, a pris le chemin de la prison pour une période de deux ans moins un jour, vendredi après-midi, à la suite d'une sixième condamnation pour conduite avec les facultés affaiblies.

Le Néo-Brunswickois de 59 ans, qui avait fait deux mois de détention préventive, a aussi entendu le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, lui interdire de conduire un véhicule à moteur à vie, à moins qu'il ait un appareil éthylométrique. 

Le client de Me Jean-Marc Fradette a été arrêté le 22 juillet dans le stationnement d'un dépanneur. Il venait de quitter un débit de boisson, lorsqu'une personne a communiqué avec les policiers pour les aviser qu'il était en état d'ébriété.

Malgré tout, Cayouette a eu le temps de se rendre à l'accommodation, à quelques centaines de mètres de là. Lorsqu'il est sorti, les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) l'ont intercepté.

L'accusé a nié avoir conduit le véhicule. Il a ajouté que les policiers ne l'avaient pas vu au volant. Mais lorsque les agents ont mentionné que des témoins l'avaient vu conduire et pouvaient l'identifier, M. Cayouette a avoué avoir conduit. Même le passager a confirmé aux agents que c'est l'accusé qui était derrière le volant.

Il a soufflé des taux de .205 et .199.

Si la sentence a mis un certain temps avant d'être mise en application, c'est que Cayouette avait demandé au magistrat un peu de temps pour laisser son logement et entreposer ses meubles et prendre entente avec son employeur, lui qui est un travailleur de la construction. 

Cayouette pourra demander l'installation d'un appareil éthylométrique dans son véhicule une année après sa sortie de prison. Cet appareil demeurera installé à vie dans les véhicules du fautif en raison de son interdiction de conduire à vie.

L'individu a été condamné pour des conduites avec les facultés affaiblies en 1985, 1990, 1991, 2002 et 2008, a été arrêté pour deux conduites dangereuses en 1993 et 2006 et reconnu coupable de trois conduites pendant interdiction en 2008 et 2009 (à deux reprises). Il a aussi deux antécédents de conduite avec les facultés affaiblies au Nouveau-Brunswick.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer