Les bénévoles

CHRONIQUE / Avez-vous imaginé un instant ce qui se passerait si le bénévolat... (123rf)

Agrandir

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Avez-vous imaginé un instant ce qui se passerait si le bénévolat n'existait pas? «Une société sans bénévolat, c'est une société qui s'écroule», lance Valérie Tremblay, du Centre d'action bénévole de Chicoutimi. Les bénévoles se retrouvent dans toutes les sphères de la société.

«Ici, à Alma, s'il n'y a pas de bénévoles, il n'y a pas de Jeux du Québec cet hiver. Pas de bénévoles, pas de jeux; pas de bénévoles, pas de guignolée; pas de bénévoles, pas d'événement. Sans bénévoles, on n'aurait pas la même société qu'on a présentement», tranche Érika Morin du Centre d'action bénévole du Lac à Alma.

Quand on y pense, c'est vrai; ils sont partout et c'était leur journée internationale, lundi. Dans la région, il y aurait près de 60 000 bénévoles et on estime qu'ils sont environ 2,4 millions au Québec. «Les bénévoles comptabilisés ne sont que la pointe de l'iceberg. Il y en a beaucoup plus qui s'impliquent en réalité», assure Érika Morin.

Quand on y pense deux minutes, c'est fou, ils sont partout. Évidemment, il y a ceux qu'on connaît, ceux qui frappent à nos portes pour le cancer, les maladies du coeur, la guignolée, ceux qui nous vendent des barres de chocolat pour leur cause. Ce sont les mêmes qu'on rencontre dans les barrages routiers et à la sortie des grands magasins.

Il y a ceux qui s'impliquent au sein d'organismes comme les Kiwanis, Rotary, Richelieu, Optimiste et les différentes fondations pour la cause, leur cause ou celle des autres. C'est grâce au bénévolat qu'on répare le toit de la cathédrale, qu'on soigne des animaux blessés, qu'on protège un boisé, qu'on fait déjeuner des enfants le matin dans les écoles, qu'on finance la recherche sur les maladies et qu'on prend soin des pauvres dans la communauté et qu'on réalise des rêves d'enfant.

Sans les bénévoles, nos jeunes ne pratiquent pas d'activités sportives comme le hockey, le soccer, le basket et autres alors que les entraîneurs, arbitres et plein de monde autour sont des bénévoles. S'il n'y a pas de bénévoles, il n'y a pas de tournoi pee-wee les fins de semaine, il n'y a pas de zecs, il n'y a pas d'association de toutes sortes.

S'il n'y a pas de bénévoles en culture, il n'y a pas de festival Regard sur le court métrage, il n'y a pas de Festival de musique du Royaume, il n'y a pas de Festival de la chanson de Saint-Ambroise, il n'y a pas de Fabuleuse histoire d'un Royaume et il n'y a personne pour accueillir les croisiéristes à La Baie.

Pour Érika Morin, il y a autant de raisons pour faire du bénévolat qu'il y a de bénévoles. «Ce sont des gens qui ont le goût de donner, qui ont du plaisir à aider», dit-elle.

«Avant, on parlait du bénévolat en termes de bonne action, maintenant on parle de geste du coeur. Les gens s'impliquent avec leur coeur pour partager leur générosité, leur temps et leurs connaissances», ajoute Valérie Tremblay.

De belles initiatives

On ne le fait pas ressortir souvent, mais les bénévoles sont à l'origine de nombreuses initiatives. «Quand les gens partagent leurs connaissances, ils font rejaillir des idées et font émerger des solutions à bien des problèmes de société», note Érika Morin, précisant que de nombreux projets collectifs sont menés par des groupes de bénévoles.

L'action des bénévoles est généreuse et noble, disent les organismes qui souhaitent mettre la lumière sur ces gens qui font la différence. En cette journée internationale, ils nous demandent de leur dire merci pour leur implication, ils le méritent bien. Mais permettez-moi un merci plus intense encore pour ceux qui s'impliquent auprès des malades, des moins bien nantis, de ceux qui ont faim, de ceux qui ont besoin, car en plus de vous impliquer généreusement, vous apportez amour et réconfort. Il y a tant de gens qui ont besoin. Je reconnais que les bénévoles qui organisent des tournois de hockey sèment du plaisir dans le coeur des enfants, mais ceux qui accompagnent nos malades en fin de vie comblent un grand besoin que nos ressources ne pourraient offrir.

Merci de vous occuper de notre monde, une chance qu'on vous a.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer