L'étude sur l'entretien des CL215 et CL415 remise au premier ministre

Le maire de Roberval, Guy Larouche... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Le maire de Roberval, Guy Larouche

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

L'étude de la ville de Roberval sur l'entretien des CL215 et des CL415 a été déposée au premier ministre Philippe Couillard.

Le maire Guy Larouche a discuté du projet évalué à plus de 3,5 millions$ avec son député. «Avec le départ d'Air Roberval et la perte d'emplois qui y sont liés, notre aéroport est en danger. Je suis très inquiet. Je lui ai fait part de cette problématique et lui ai montré les résultats de l'étude faite par la firme. Il a très bien saisi l'importance de trouver une nouvelle vocation. C'est la survie de notre aéroport qui est en jeu», a-t-il déclaré. Guy Larouche espère donc que le député de Roberval pourra faire bouger les choses pour que la ville puisse déposer une proposition pour que ce service gouvernemental réalisé à l'aéroport de Québec soit transféré au privé à Roberval. Québec n'a pas encore démontré d'intention à ce sujet.

Selon l'étude, qui pourrait être rendue publique, le projet de rapatrier de Québec l'entretien de ces aéronefs pourrait créer jusqu'à 60 emplois. «L'étude démontre que ce projet serait très porteur et structurant pour la municipalité. Il pourrait se greffer une grappe industrielle intéressante. Des entreprises comme Gilbert Tech pourraient en profiter. Nous misons beaucoup sur ce projet», soutient le maire Larouche.

Selon l'étude, la construction du hangar pour réaliser l'entretien coûterait environ 3,5 M$. Le hangar actuel serait utilisé et l'ensemble des infrastructures serait adéquat pour soutenir l'entretien de ce type d'aéronefs.

Guy Larouche pense même que le Cégep de Saint-Félicien pourrait être mis à profit pour développer des programmes de formation adaptée pour le type d'emplois.

Aide pour le Web

Le programme d'aide financière pour les sites Web de la ville de Roberval fonctionne bien. 27 entreprises ont fait une demande.

«Nous sommes heureux et surpris de la réponse. On pensait avoir une dizaine d'entreprises qui fassent des demandes et nous avons presque le triple. On encourage celles qui n'auraient pas encore de site Internet à le faire. En 2017, il faut obligatoirement être sur le Web», a mentionné le maire Guy Larouche, lundi soir, lors de la séance publique du conseil municipal.

D'ailleurs, lors de la séance, les élus ont accepté l'octroi de subvention de 1000$ pour cinq entreprises qui voulaient créer ou améliorer un site Internet. Malgré leur popularité, les fonds ne sont pas épuisés. La Ville a réservé une somme de 100 000$ pour ces programmes de soutien aux entreprises.

Ce programme vise aussi à inciter des entreprises à s'installer dans les locaux vacants du centre-ville. Une réduction du coût de location au pied carré est offerte. «Huit promoteurs se sont montrés intéressés et ont demandé les documents. Quatre les ont complétés et leur projet a été accepté. On espère que d'autres vont déposer», a souhaité le maire.

Un programme similaire a été instauré pour le parc industriel, mais aucun projet n'a été soumis pour l'instant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer