• Le Quotidien > 
  • Actualités 
  • > Nouvelle ligne Micoua-Saguenay: Hydro-Québec sollicite l'avis des populations 

Nouvelle ligne Micoua-Saguenay: Hydro-Québec sollicite l'avis des populations

Marie-Claude Lachance, conseillère des relations avec le milieu... (Photo Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

Marie-Claude Lachance, conseillère des relations avec le milieu au Saguenay-Lac-Saint-Jean chez Hydro-Québec, invite la population à se prononcer sur les variantes de tracé de la future ligne de 735 kv Micoua-Saguenay.

Photo Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

À compter d'aujourd'hui, la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean est invitée à se prononcer sur deux variantes du projet de nouvelle ligne électrique de 735 kv. Cette dernière reliera les postes Micoua sur la Côte-Nord au poste Saguenay à Jonquière, sur une distance de 265 km.

Hydro-Québec a soumis deux variantes de son projet... (Photo courtoisie Hydro-Québec) - image 3.0

Agrandir

Hydro-Québec a soumis deux variantes de son projet de nouvelle ligne électrique de 735 kv devant relier les postes Micoua, sur la Côte-Nord, au poste Saguenay à Jonquière. La nouvelle ligne s'étalerait sur une distance de 265 kilomètres.

Photo courtoisie Hydro-Québec

Après avoir présenté son projet de façon générale en mai dernier, la société d'État a progressé dans ses travaux en établissant deux tracés différents désignés comme étant les tracés nord et sud.

Lors d'une présentation de presse faite lundi matin, Marie-Claude Lachance, conseillère des relations avec le milieu chez Hydro-Québec, a expliqué qu'au départ du poste Micoua sur la Côte-Nord, un seul tracé est proposé jusqu'au sud du poste d'accueil Bras-de-Louis, de la zec Onatchiway.

À partir de là, le tracé nord ouvre un nouveau corridor de 67 km en direction de la centrale Jim-Gray, de Produits forestiers Résolu, en passant sur le territoire de Bégin et Saint-Ambroise tout en évitant les lacs de villégiature de Saint-David-de-Falardeau, les champs de culture et les zones urbanisées, pour traverser le Saguenay à la limite de Saint-Ambroise et Saint-Charles-de-Bourget puis bifurquer sur la rive sud parallèlement au chemin Saint-Benoit jusqu'au poste Saguenay.

En ce qui a trait au tracé sud, il serait parallèle à la route R-201 en suivant la rivière Saint-Louis en évitant le territoire revendiqué par les Innus de Mashteuiatsh et le Parc national des Monts-Valin. La ligne poursuivrait sa course en direction du poste Simard. La traversée du Saguenay serait faite à la hauteur de la centrale hydro-électrique de Chute-à-Caron, de Rio Tinto et du poste de l'ex-usine Cascades. Il implique l'ouverture d'un nouveau corridor sur 38 km et l'élargissement de celui existant sur la même distance. S'il se concrétisait, Hydro-Québec devrait y acquérir une dizaine de résidences dans le secteur du chemin Saint-André et à Saint-David-de-Falardeau sur le boulevard Martel. Des discussions sont déjà en cours avec certains propriétaires.

Le passage de la nouvelle ligne implique des discussions avec un chapelet de cinq pourvoiries, les MRC Manicouagan et Saguenay, cinq municipalités, dont Saguenay, pour le tracé nord et trois pour la variante sud. Dans un rayon d'un kilomètre de la future ligne, 600 citoyens ont été invités par lettre à donner leur opinion sur le projet, explique Mme Lachance.

Cette dernière explique que dans ses projets de tracé, Hydro a évité les milieux humides, aires protégées, refuge biologique, aires de protection du caribou forestier. «Le secteur des monts Valin représente beaucoup de contraintes techniques en raison de la topographie, de l'existence d'un parc national, de zones urbaines, attraits visuels, etc. Il y a le fait également qu'Hydro-Québec ne peut utiliser un corridor où existent déjà deux lignes de 735 kv par mesure de sécurité énergétique.»

Elle a indiqué que chaque tracé présente des avantages et des inconvénients en ajoutant que la variante nord implique une ligne de 67 km comparativement à 54 pour le tracé sud. Ce dernier exige la traversée de tourbières profondes à Saint-Honoré. «Les tracés que nous avons préparés sont très préliminaires. Si on s'aperçoit qu'il y a des ajustements à faire, on le fera. C'est pourquoi nous entamons le processus de consultation avec la population», explique Mme Laflamme.

La consultation de la population débute le mardi 6 décembre à Saint-Honoré et se poursuit mercredi et jeudi à Jonquière et Saint-Ambroise.

Rappelons que la nouvelle ligne aménagée à un coût variant entre 600 et 650 M$ à compter de 2019 visent à augmenter la fiabilité du réseau de distribution dans le corridor Manic-Québec en tenant compte des changements des zones de consommation. La baisse de consommation sur la Côte-Nord et la fermeture des centrales thermiques de Tracy, la Citière et de la centrale nucléaire de Gentilly-2 amènent une augmentation de transit d'énergie dans ce corridor ainsi qu'une diminution de la fiabilité du réseau de transport.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer