Le CIUSSS régional surpasse la moyenne

Michel Maltais, directeur des services techniques du CIUSSS,... (Photo archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Michel Maltais, directeur des services techniques du CIUSSS, affirme que le nombre de projets sera moindre en 2017.

Photo archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le niveau d'entretien du parc immobilier du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean surpasse la moyenne québécoise, mais cela prive l'organisation d'un financement gouvernemental tournant habituellement autour de 5,8 M$.

La présidente du conseil d'administration, France Guay, se concentre sur le positif. «C'est une bonne nouvelle, ça veut dire qu'on a bien utilisé l'argent reçu par le passé et que nos immeubles sont bien entretenus.»

Chaque année, le ministère de la Santé et des Services sociaux répartit dans les régions une enveloppe immobilière selon la valeur des installations. Le CIUSSS reçoit ainsi environ 10,5 M$ pour entretenir ses propriétés en 2016-2017, un montant qui atteint près de 11,7 M$ si on inclut le solde reporté des années précédentes et la récupération après des fermetures de projets. Le gouvernement distribue aussi une enveloppe de 100 M$ pour la résorption de déficit du maintien des actifs, selon les besoins. La région n'a pas eu sa part cette année.

La situation s'explique par le resserrement de la politique qui oblige les centres intégrés de santé et de services sociaux à dresser un inventaire de leurs installations. Les immeubles reçoivent une cote de A à E selon leur niveau d'entretien. Ceux du CIUSSS régional se classent tous dans la catégorie A, B ou C, alors que le ministère octroyait un montant pour ceux dont l'état est plus préoccupant, soit D ou E.

La direction logistique et services techniques (DLST) du CIUSSS relativise les impacts. «Quand on s'attend à recevoir un certain montant et qu'on ne l'a pas, c'est sûr que c'est dommage. Nous sommes quand même capables de nous occuper de nos priorités. On va juste aller moins vite et faire moins de projets cette année», explique le directeur Michel Maltais. Il ajoute que d'autres régions n'ont pas eu, elles aussi, de financement supplémentaire.

L'ensemble des besoins immobiliers est estimé à 125 millions$, dont 15,2 M$ de travaux qui doivent être réalisés d'ici deux ans. La DLST a dressé le portrait complet des installations avec un investissement de 900 000$, un an plus tôt que la limite donnée par le ministère.

Le parc immobilier du CIUSSS comprend 42 installations, dont l'âge moyen est de 46 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer